Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 11:48
FO ACCOR vous informe:Comment un bleu a-t-il soufflé un hôtel 5 étoiles au coeur de Paris à Accor et Hilton ?

La PME Elegancia a coiffé sur le fil les géants de l'hôtellerie pour l'ouverture d'un 5 étoiles au-dessus de la poste du Louvre, à Paris. Fin 2014, le monde de l'hôtellerie retient son souffle. Le groupe la Poste va dévoiler le gagnant de l'appel d'offres pour la rénovation de sa majestueuse unité du Louvre. L'enjeu : aménager un hôtel de luxe au cœur de Paris. Les leaders du secteur sont sur les rangs : Hilton, Accor, Althoff... Surprise : c'est Elegancia Hotels, allié à GLT-Kong (Laurent Taïeb) pour la restauration et à Novaxia (Joachim Azan) pour le suivi des travaux, qui emporte le morceau. Association d'experts. Pourquoi ce trio de quasi-inconnus ? «Parce qu'ils se sont présentés comme une association d'experts, mêlant hôtellerie, restauration et design», explique en substance la Poste. La société Elegancia, créée par deux pros de l'hôtellerie, Christophe Sauvage et Philippe Vaurs, affûte sa méthode depuis dix ans : elle rachète des hôtels d'une trentaine de chambres, les confie à des designers renommés - Oraïto, Olivier Lapidus qui les transforment en spots courus. A leur actif : une dizaine de boutiques-hôtels, dont le five, le Félicien, le Seven, des adresses qui font le bonheur des magazines de déco et de tourisme. Au fil des années, Elegancia s'est adjoint d'autres renforts. La société d'investissement immobilier Novaxia, devenue son partenaire financier et technique. Et Laurent Taïeb, un restaurateur à succès misant, lui aussi, sur des designers de renom (Andrée Putman pour le Lô Sushi, Philippe Starck pour le Kong). Un élément déterminant pour ce projet. Preuves d'agilité. L'équipe de choc a aussi fait de sa petite taille un atout. Car la rénovation des 32.000 mètres carrés de ce bâtiment historique, confiée à l'architecte Dominique Perrault, s'inscrit dans la mutation d'un quartier populaire, coincé entre le sentier et les Halles. Il faut préserver le mythique bureau de poste, qui restera ouvert jour et nuit, et y ajouter une crèche, des commerces, des logements sociaux... Elegancia a mis en avant son agilité, plus adaptée à un chantier mixte et d'utilité publique que les structures rigides des chaînes. Zéro complexe. Avec le coup de la poste du Louvre (environ 20 millions d'euros d'investissement), Elegancia et ses partenaires vont entrer dans la cour très sélecte des 5 étoiles. L'établissement occupera 6.500 mètres carrés pour 80 chambres et disposera d'un toit-terrasse panoramique pouvant accueillir 450 personnes. Style annoncé : le «luxe décomplexé». Pas étonnant vu le culot de ses promoteurs.

Anne-Laure Allain © Capital.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.