Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 19:04

Le groupe chinois Jin Jiang International a finalisé le rachat du français Groupe du Louvre et de sa filiale Louvre Hotels Group au fonds d’investissement Starwood Capital, pour 1,3 milliard d’euros, ont annoncé dimanche les deux parties concernées. Louvre Hotels Group compte plus de 1100 établissements. Cet accord «permettra de renforcer le développement du tourisme hôtelier entre la France et la Chine et l’expansion internationale des marques des deux groupes», précisent Jin Jiang et Starwood Capital dans un communiqué commun. Lors de l’annonce cet automne de leur rapprochement, Jin Jiang et Louvre Hotels Group avaient mis en avant les synergies envisagées. Le groupe chinois ne possède aucun hôtel en France tandis que le français ne compte que peu d’établissements en Asie, région pourtant en plein essor. Depuis 2011, les deux groupes avaient déjà mis en place un partenariat visant à «accroître leur visibilité dans leurs marchés respectifs». D’autres fonds étaient en lice pour ce rachat dont l’américain Blackstone, le français PAI et le luxembourgeois CVC. Le groupe hôtelier français Accor avait aussi confirmé «participer aux enchères». Campanile et Kyriad Connu sous ses marques Campanile, Kyriad ou encore Première Classe, et les enseignes Golden et Royal Tulip, Louvre Hotels Group dit compter plus de 1100 établissements dans le monde. Avec 820 en France, il est l’un des principaux acteurs du secteur, aux côtés du groupe Accor. De son côté, Jin Jiang, leader du tourisme et du voyage en Chine, est présent sur trois activités principales: l’investissement et la gestion hôtelière, les services touristiques, le transport et la logistique. Situé à la 14e place du classement hôtelier mondial en termes de chambres, Jin Jiang possède et exploite plus de 1700 hôtels dans 11 pays, la Chine étant son marché principal. Dans la même lignée et dans le but d’attirer une clientèle chinoise, le fonds d’investissements hongkongais Kai Yuan Holdings avait annoncé en juin 2014 le rachat de l’hôtel de la chaîne de luxe américaine Marriott sur les Champs-Elysées à Paris, pour 344,5 millions d’euros, au groupe immobilier français MCE PropCo. Plus récemment, le géant Accor a annoncé en décembre nouer avec son homologue chinois Huazhu un partenariat commercial et capitalistique lui permettant de monter en puissance en Chine. (ATS)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor et ses franchisés
  • Contact

IN MEMORIAM

             

Cécilio Garcia

Fondateur du Syndicat FO Accor 

1947-2018

 

 

Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
contactez nous à
  l'adresse ci dessous 

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris
06 08 16 67 58
bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.