Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 14:50
FO Accor vous informe:Après le Club Med, c'est au tour du Groupe Accor d’être racheté ?

La période est faste pour les rachats ou les fusions de grands groupes hôteliers.

On a parlé de Marriott avec HIG, il y a quelques jours. Aujourd’hui les spécialistes évoquent des mouvements sur les titres du côté du groupe hôtelier français. Après le Club Med, les marques emblématiques de la France ont tendance à être prisées par les étrangers.

Accor est sur une trajectoire ascendante Le prix ​​de l’action de l’entreprise est plutôt favorable. Il y a quelques semaines les principaux actionnaires comme Eurazeo et Colony Capital ont revendu un paquet d’actions. L’action d’Accor a augmenté depuis le début de 2015 de 35,7 % par rapport au CAC40 alors que globalement l’indice a évolué de 22 % dans le même temps. Une fusion-acquisition pour Accor paraît crédible Accor est une option plus crédible qu’Intercontinental Hotels Group selon les experts.

On a évoqué des mouvements possibles autour de Marriott et d’IHG. Plusieurs éléments militent pour un changement chez Accor : - La scission d’Accor en deux entités offre des améliorations opérationnelles. - Le marché est à la recherche à d’une spin-off potentielle des deux divisions. - L’expansion en Asie permet à Accor de développer 350 à 400 hôtels supplémentaires en Chine (avec Chine Lodging Group). Une reprise en Asie ne semble pas impossible.

Les résultats d’Accor sont positifs Accor a continué à progresser durant le premier trimestre 2015 avec une hausse de 5,6 %.

La croissance globale au cours du quatrième trimestre 2014 a montré une augmentation de 5,1 %. La restructuration du groupe, il y a un peu plus d’un an maintenant donne des résultats plus rapides que ceux escomptés. 

Sébastien Bazin (ex-représentant de Colony Capital), PDG d’Accor doit être satisfait. On attend de voir les changements dont on parle beaucoup actuellement.

Au final, la France risque de perdre encore un fleuron de son économie…

 

Publié dans Hôtellerie le 27 avril 2015 in Share.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.