Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 08:33
FO Accor vous informe ACCOR: Bazin redistribue les cartes dans la branche exploitation hôtelière

Sven Boinet, directeur général délégué d'Accor. - Photo Eric Piermont/AFP

Sophie Stabile, la directrice générale Finances, pourrait diriger le pôle France.

 

Un peu plus d'un an après la mise en place de sa nouvelle organisation, le PDG d'Accor vient de procéder à des premiers changements significatifs dans le management de son pôle exploitation hôtelière, HotelServices (HotelInvest étant son pendant pour l'immobilier). A la faveur du départ en retraite du directeur général d'HotelServices pour la zone Amériques, Roland de Bonadona, une figure du groupe hôtelier (quarante-deux ans de maison), Sébastien Bazin a non seulement retouché le pilotage de cette zone, d'importance puisqu'elle englobe en particulier le Brésil - marché phare d'Accor -, mais doit désormais désigner, par ricochet, un nouveau patron France d'HotelServices, un poste encore plus sensible : l'an dernier, l'Hexagone pesait pour plus de 32 % du résultat Opérationnel d'HotelServices.

Dans le cadre du remplacement de Roland de Bonadona, l'actuel directeur général HotelServices France, Christophe Alaux, prendra en effet, à compter du 1er juillet, les rênes d'un nouveau sous-ensemble Amérique du Nord-Amérique centrale, incluant les Caraïbes - Cuba compris -, tout en restant au comité exécutif d'Accor. Sur le papier, la fonction compte surtout en termes de distribution et de ventes, Accor ayant réduit la voile en Amérique du Nord en tant qu'opérateur depuis la cession, il y a trois ans, de sa chaîne d'hôtellerie économique Motel 6. Cela étant, Christophe Alaux trouvera d'emblée sur son nouveau bureau deux projets hôteliers à Cuba, un Sofitel et Pullman, qui seront officialisés dans le cadre de la visite historique de François Hollande.

En parallèle, entrera également en fonction un directeur général HotelServices Amérique du Sud, en la personne de Patrick Mendes, aujourd'hui responsable de l'hôtellerie moyen et haut de gamme et luxe de la zone Amériques. Ce dernier sera rattaché au directeur général délégué d'Accor, Sven Boinet, qui étoffe ses responsabilités puisque représentant l'Amérique du Sud au comité exécutif. Il pourrait en être de même pour la France à titre intérimaire si d'aventure la succession de Christophe Alaux n'est pas calée au 1erjuillet.

A ce stade, Sébastien Bazin a diverses options en interne ou en externe. Figure notamment l'éventuelle nomination de la directrice générale Finances d'Accor, Sophie Stabile, qui basculerait de facto dans l'opérationnel hôtelier pur et dur, seize ans après avoir rejoint le groupe. Une manière de mettre HotelServices France un peu plus sous tension et d'éprouver une cadre dirigeante de plus en plus en vue ces dernières années.

Christophe Palierse, Les Echos

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.