Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2015 5 05 /06 /juin /2015 17:22
 FO Accor vous informe: Accor Hotels se renforce pour contrer les OTA

 Sébastien Bazin, président d'AccorHotels

Accor change de nom pour devenir AccorHotels.

Cette nouvelle dénomination s'inscrit dans le cadre d'une stratégie digitale originale avec l'ouverture de son site de réservation aux établissements indépendants.

D'ici 2018, accorhotels.com devrait proposer à la vente 10 000 hôtels, les deux tiers ne faisant pas partie du groupe français.

Sébastien Bazin, président d'AccorHotels “Le meilleur site hôtelier de réservation fait par un hôtelier pour des hôteliers”. C'est ainsi que l'évolution d'accorhotels.com a été présentée mercredi dernier par Sébastien Bazin, le président d'AccorHotels. Car c'est comme cela, désormais, qu'il faut appeler l'hôtelier français. En ajoutant “Hotels” à son nom de baptême, le groupe français entend coller à son image de marque en ligne et à son programme de fidélité.

Mais cette nouvelle identité témoigne surtout de sa volonté de contrer l'expansion des OTA, tous ces sites de réservations en ligne comme Booking ou Expedia, dont les commissions empiètent sur la marge des établissements.

Alors que les grands groupes concurrents tels Hilton, Marriott, Starwood ou Carlson ont tous lancé des marques “light” pour attirer dans leur giron des hôtels indépendants afin de leur faire bénéficier de leur force de frappe commerciale, AccorHotels suit une démarche différente, et transforme son site en une place de marché ouverte à ces mêmes établissements. Une mutation permise par le rachat récent, dans le cadre d'un ambitieux plan digital, de Fastbooking, spécialisé dans les solutions e-commerce à destination des hôteliers indépendants.

D'ici 2018, le groupe entend ainsi convaincre 6500 hôtels d'enrichir leur commercialisation en ligne en étant présents sur accorhotels.com aux côtés des 3500 établissements de la maison.

Pour les décider, Accor Hotels a quelques arguments : la garantie de taux de commissions moindres, aucune vente aux enchères de place préférentielle sur l'outil de réservation, la fourniture des données des clients et aussi une certaine liberté, en n'imposant pas de parité tarifaire.

Pour le voyageur d'affaires, cette évolution permettra de trouver sur accorhotels.com un choix beaucoup plus large qu'auparavant, en particulier sur le segment milieu de gamme. Le groupe a en effet recensé 320 destinations clés dans le monde où il compte renforcer son offre.

“Vous avez connu les GAFA, les Google, Apple, Facebook et Amazon. Vous allez adorer les BATA”, conclut Sébastien Bazin, désignant ainsi Booking, AccorHotels, TripAdvisor et Airbnb comme le quatuor clé du monde hôtelier de demain.

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.