Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2015 3 19 /08 /août /2015 10:14
FO Accor vous informe: Patrimoine: le château de Versailles veut installer un hôtel près du Parterre de l'Orangerie

~~l'Orangerie (G) à l'ouest de Paris, le 2 juin 2012 PARIS (AFP)

- L'Établissement public du château de Versailles a lancé un appel d'offres pour la transformation en hôtel d'un ensemble de trois bâtiments longeant le Parterre de l'Orangerie, a indiqué lundi la direction de l'établissement, confirmant une information du Journal du Dimanche (JDD).

Situés en prolongement de l'aile du Midi, le Grand Contrôle, le Petit Contrôle et le Pavillon des premières cent marches, représentant une superficie totale de 2.800 m2, sont inoccupés depuis 2008. Selon le projet, l'accès de l'hôtel sera extérieur au parc, rue de l'Indépendance américaine, mais une partie des chambres donnera sur l'Orangerie.

Selon l'appel d'offres publié il y a une quinzaine de jours, la rénovation de la toiture et des murs représente un investissement évalué entre quatre et sept millions d'euros, auquel viendraient s'ajouter quatre millions d'euros pour l'aménagement intérieur.

La concession est accordée pour 60 ans. "Cette démarche, souligne-t-on de source proche de la direction du domaine de Versailles, s'inscrit dans la politique de rénovation et valorisation des espaces et d'implantation d'activités économiques dans les monuments historiques, définie depuis plusieurs années par le ministre de la Culture et le secrétaire d'État au Tourisme". Le groupe AccorHotels, qui participe à l'appel d'offres selon le JDD, a confirmé son intérêt à l'AFP. "Ce qui serait surprenant, c'est qu'on ne fasse pas partie des groupes qui soumettent un projet. A partir du moment où vous êtes numéro un sur un marché, c'est logique qu'on soit dans la course", a indiqué un porte-parole.

Un projet de transformation du Grand Contrôle en "hôtel de charme" de 23 chambres avait été annoncé en 2010 par l'ancien président du domaine Jean-Jacques Aillagon. Une concession pour une durée de 30 ans avait été accordée à une société privée, Ivy International, qui avait finalement renoncé. Construit par le grand architecte Jules Hardouin-Mansart, le Grand Contrôle a servi au contrôle général des finances de 1723 à la Révolution, d'où son nom, et abrité de grands personnages comme Turgot, Calonne, Lomenie de Brienne, ou encore Necker. Affecté au ministère de la Guerre au milieu du XIXe siècle, il a notamment été utilisé comme mess des officiers avant d'être restitué récemment à l'établissement public du château de Versailles.

Source AFP

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.