Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2015 6 05 /09 /septembre /2015 21:18
FO Accor vous informe: Salaires : la prudence restera de mise dans les entreprises en 2016

EXCLUSIF - Selon Aon Hewitt, les entreprises prévoient d’augmenter les salaires de 2,4 % en 2016, comme en 2015. Dans un contexte de faible inflation, le pouvoir d’achat continuera de progresser.

Des gestes mesurés, mais à même de garantir des gains de pouvoir d’achat non négligeables. Selon la traditionnelle étude annuelle du cabinet de conseil Aon Hewitt, menée en juillet auprès de 390 entreprises basées en France, que dévoilent « Les Echos », 2016 s’annonce comme une nouvelle année de relative modération salariale en France, dans le prolongement des quatre années précédentes. Les entreprises sondées, de toutes tailles et tous secteurs, prévoient ainsi d’augmenter les enveloppes salariales de 2,4 % l’an prochain. C’est en léger recul par rapport aux 2,6 % de hausse qu’elles annonçaient pour 2015 dans la précédente édition de l’étude. Mais, comme chaque année, les prévisions étaient un peu optimistes et l’étude précise que les hausses effectivement accordées cette année ont au final atteint 2,4 %.

Faible niveau de l’inflation

L’heure reste donc à la prudence. Ni le frémissement de la croissance ni la montée en puissance des ­baisses de charges du pacte de responsabilité n’incitent encore les entreprises à renouer avec les augmentations de plus de 3 % qui avaient cours dans les années 2000, avant la crise.

Le manque de visibilité sur l’avenir, la nécessité de restaurer ses marges et la volonté chez certains de donner la priorité à l’emploi expliquent cette attitude. D’autant que le faible niveau de l’inflation permet de se contenter de la « modération salariale durable » qu’Aon Hewitt voit s’installer : avec une inflation attendue à 1 % en 2016 (selon les prévisions du gouvernement), les hausses annoncées suffiraient à assurer une nette progression du pouvoir d’achat, comme cela a déjà été le cas en cette année, durant laquelle les prix devraient stagner.

Priorités aux augmentations individuelles

Mais tous les salariés n’en profiteront pas de la même manière : l’étude pointe notamment que les filiales d’entreprises étrangères prévoient 2,5 % d’augmentation, tandis que les entreprises françaises se contenteront de +1,8 %. Et, comme chaque année, les DRH donneront, afin de se dégager des marges de manœuvre dans la gestion des talents, priorité aux augmentations individuelles (les enveloppes progresseraient de 2,2 %) plutôt qu’aux collectives (+1 % de prévu).

Les comparaisons internationales sont aussi instructives. Les mêmes études menées par Aon Hewitt chez nos principaux voisins annoncent ainsi +2,9 % en Allemagne en 2016 (après +2,8 % cette année), où la combinaison d’une meilleure croissance et d’un moindre chômage continue de profiter aux salariés. Au Royaume-Uni, les entreprises devraient octroyer +3 % l’an prochain, comme en 2015. La France se situe finalement plus dans le ventre mou, avec des niveaux de hausse salariale comparables à ceux attendus en Italie (+2,6 % en 2016 après +2,5 % cette année) et en Espagne (+2,2 % après +2,3 %), où le poids du chômage se fait sentir. La Grèce et le Portugal ferment le cortège, avec 2 % de hausse des salaires annoncés par les entreprises. ■

 

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.