Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 22:28
ACCOR le démantelement du Groupe est en marche

QUAND VALORISATION DE l’ACTION RIME

AVEC RATIONALISATION !

« LA FRANCHISE » DE SEBASTIEN BAZIN

VA-T-ELLE FAIRE DISPARAITRE TOUS NOS ACQUIS SOCIAUX ?

 

 

Depuis des années, jours après jours, vos représentants FO ont revendiqués, négociés et contractés de nombreux accords collectifs qui ont permis d’améliorer votre pouvoir d’achat et vos conditions de travail. Nous vous avons régulièrement fait part de nos inquiétudes sur la volonté de nos dirigeants de changer le modèle économique du Groupe ACCOR, aujourd’hui ce n’est plus de l’inquiétude c’est une réalité, Sébastien BAZIN organise de façon globale et rapide le démantèlement de l’entreprise en accélérant la vente des hôtels au sein desquels les salariés ont été bénéficiaires d’avantages sociaux durement acquis (13 éme mois,intèressement collectif,participation,mutuelle, etc).

 

NOUS DEVONS REAGIR TRES VITE

 
 

Environ 60 Hôtels en France sur un total de 85 en Europe doivent être cédés à un groupe franchisé dirigé par Mr Frédéric JOSENHANS, actuellement directeur Général des Marques Novotel et Mercure. De nombreuses autres cessions permettront demain à Sebastien BAZIN de piloter à moindre couts la plus grosse structure franchisée sous enseignes ACCOR pour la plus grande satisfaction d’investisseurs et actionnaires qui continueront à amasser un maximum de liquidités sur le dos de ceux qui créent la valeur ajoutée par leur travail quotidien.

 
 

Tous les salariés des premiers 60 hôtels cédés en France doivent être transférés dans cette nouvelle structure au plus tard à la fin du premier semestre 2016

 
 

VOILA POURQUOI NOUS DEMANDONS AU PLUS VITE A RENCONTRER MR FREDERIC JOSENHANS

 
 

• Pour garantir une transition sans « casse sociale » avec des engagements formels sur le maintien des conditions de travail.

• Pour l’ouverture de négociations en vue d’amender l’accord d’accompagnement dans le cadre des cessions d’Hôtels en l’améliorant sensiblement.

• Pour obtenir dans la nouvelle structure, de véritables instances de représentation du personnel garantes des intérêts des salariés.

 

 

ENSEMBLE PRENONS NOTRE AVENIR EN MAINS

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.