Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 16:09
FO Accor vous informe: Accor s'intéresse à Fairmont et Raffles

Le groupe Accor aurait fait une offre pour racheter le groupe FRHI détenteur des marques Fairmont, Raffles et Swisshotel…

Le groupe hôtelier Accor serait actuellement en négociation pour s'emparer du groupe hôtelier de luxe FRHI qui gère notamment les marques Raffles, Swisshotel et Fairmont. Si ce rachat avait lieu, Accor s'emparerait de 116 hôtels comprenant environ 44000 chambres dans 34 pays : le montant de la transaction avoisinerait environ 2,7 milliards d'euros.

Il permettrait à Accor de mieux se positionner sur le marché de l'hôtellerie de luxe, particulièrement en Asie où Raffles est très présent et en Amérique où Fairmont compte de nombreux établissements.

L'aventure du groupe Fairmont a débuté en 1907 avec l'ouverture du Fairmont San Francisco. Fairmont a été racheté en 1999 par les hôtels Canadian-Pacific: qui possède de nombreux situées dans les principales villes desservies par le train (les actionnaires de Fairmont étaient des magnats du train). L'nsebmle du groupe a été racheté en avril 2006 par le prince El Walid Ben Talal.

De son côté le groupe Raffles Hotels&Resorts a été fondé en 1989 pour rénover l'hôtel Raffles de Singapour. Puis le groupe a ouvert d'autres hôtels : Grand Hotel d'Angkor, hôtel Brown à Londres, Vier Jahreszeiten à Hambourg, The Plaza à Singapour, l'Ermitage à Beverly Hills, le Montreux Palace, Raffles Pékin, Raffles Dubai, Royal Monceau à Paris…La compagnie a par ailleurs signé des accords stratégiques avec la chaine indienne Taj Hotels et le groupe japonais Okura Hotels.

Le fondateur d'Accor, Gérard Pélisson a donné son aval pour cet éventuel rachat en estimant «qu'il y a des synergies et que le marché du luxe est porteur». Selon lui, le groupe Accor devait viser 1 million de chambres à l'heure de la mondialisation contre 500000 aujourd'hui.

Selon le Wall Street Journal, Accor serait actuellement le postulant favori de FRHI parmi 4 prétendants et un accord pourrait être annoncé dès le mois prochain. Les propriétaires de FRHi sont notamment le gouvernement du Qatar et le holding du prince saoudien Al-Waleed bin Talal qui détient également des parts dans Four Seasons (des rumeurs de fusion avaient eu lieu entre FRHI et Four Seasons auparavant).

Depuis juin des rumeurs ont couru sur le désir de revente de FRHI du fait de la bonne tenue du marché hôtelier: les actionnaires avaient embauché la Deutsche Bank et Morgan Stanley pour négocier la vente de FRHI.

Le marché hôtelier est en pleine restructuration alors que Starwood est sur le point d'être vendu: on parle de son rachat par le groupe américain de luxe Hyatt même si 3 autres sociétés chinoises sont également intéressées.

Source Busness Traveler France

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.