Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2015 7 13 /12 /décembre /2015 12:00
FO Accor vous informe: AccorHotels est prêt à une nouvelle acquisition.

Le PDG d'AccorHotels, Sébastien Bazin, n'écarte pas une nouvelle opération de croissance externe alors que le champion français de l'hôtellerie vient de conclure sa plus grosse acquisition avec le récent accord de reprise du trio Fairmont-Raffles-Swissôtel.

 

Sébastien Bazin garde la main posée sur le carnet de chèques... Le PDG d'AccorHotels n'écarte pas en effet une nouvelle opération de croissance externe alors même que le champion français de l'hôtellerie vient de conclure sa plus grosse acquisition avec le récent accord de reprise pour 2,6 milliards d'euros - sur la base de son cours de clôture du 9 décembre - du groupe canadien FRHI. AccorHotels s'apprête donc à piloter les enseignes de luxe Fairmont, Raffles et Swissôtel. « Est-ce que la consolidation (dans l'hôtellerie, NDLR) va continuer ? Oui. Est-ce que AccorHotels a les moyens d'y participer ? Oui. Est-ce que AccorHotels est contraint à y participer pour se développer ? Non », a expliqué ce vendredi Sébastien Bazin lors d'une rencontre avec la presse, tout en manifestant son intérêt pour des « opportunités plus petites » que FRHI. « J'attends la prochaine (acquisition, NDLR) », a déclaré de son côté aux « Echos » - en marge de cette rencontre avec la presse - le vice-président du conseil d'administration d'AccorHotels, Philippe Citerne, et de faire état de l'enthousiasme du conseil (informé de l'évolution des discussions, celui-ci a approuvé à l'unanimité le projet d'accord avant sa signature).

« Standing ovation »

Selon Philippe Citerne, Sébastien Bazin a même eu droit à une « standing ovation » du conseil d'administration réuni ce vendredi - la réunion ne portait pas sur l'opération - à son retour de Toronto, où se situe le siège de FRHI. Auparavant, le PDG d'AccorHotels avait fait un périple planétaire pour boucler l'accord de reprise du groupe canadien, passant par Ryad, Doha, enfin New-York. FRHI est, il est vrai, co-détenu par le fonds souverain du Qatar QIA et le groupe Kingdom Holding du prince saoudien Al Waleed.

S'agissant de l'intégration de FRHI, le PDG d'AccorHotels a par ailleurs indiqué ce vendredi qu'une mission de pilotage a été confiée au patron de sa zone Asie-Pacifique, Michael Issenberg. Ce dernier sera en contact avec la direction de FRHI, sachant que l'acquisition de l'entreprise n'interviendra pas avant « trois à six mois », le temps que les autorités en charge de la concurrence se prononce. Entre-temps, une assemblée générale extraordinaire d'AccorHotels se tiendra afin que ses actionnaires se prononcent sur l'augmentation capital réservée. Celle-ci vise à couvrir les deux tiers du montant de la transaction, AccorHotels devant également verser 840 millions de dollars en numéraire, soit 768 millions d'euros.

Le Qatar premier actionnaire

En conséquence, le Qatar deviendrait le premier actionnaire du groupe avec une participation de 10,5 %, Kingdom Holding ayant une part de 5,8 %.

Enfin, Sébastien Bazin a confirmé que l'acquisition de FRHI aura probablement une incidence sur l'organisation même d'AccorHotels compte tenu du poids pris par son pôle haut de gamme-luxe. De fait, celui-ci générera, une fois l'opération effective, 35 % de son activité, contre 20 % aujourd'hui. « Il faut sans doute mettre une organisation différenciante. C'est (l'hôtellerie de luxe, NDLR) un métier complémentaire mais différent », observe le dirigeant, qui n'a pas encore achevé sa réflexion sur ce sujet. Il en est de même en matière de politique de marques. Une chose est sûre, il n'est pas question de « sacrifier » Sofitel, la marque de luxe d'AccorHotels.

Par Christophe Palierse

 Les Echos

 

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.