Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2016 2 26 /01 /janvier /2016 10:35
FO Accor vous informe: Paris Habitat : nettoyage, le bras de fer continue

Crédit Photo:

OMS : un grand coup de balais sur les patrons voyou du nettoyage ! LD

Cela fait maintenant 4 mois que les salariéEs de la société de nettoyage OMS (sous-traitant de Paris Habitat) dans le 20e arrondissement de Paris, sont en grève contre un patron voyou qui ne répond que par le mépris à des revendications élémentaires et totalement légitimes1.

Pendant cette période, le patron a cherché à casser la grève par le mensonge et le harcèlement. Puis, à la dernière minute, alors que la période de médiation ordonnée par le tribunal touchait à sa fin, OMS a fini par lâcher de misérables propositions : une augmentation de 6 euros par mois pour les plus bas salaires, la fourniture de vêtements de travail, la levée de sanctions (complètement illégales !) contre des grévistes et un paiement des jours de grève de 730 euros en moyenne par salarié, ce qui ne couvre même pas un mois de grève ! Les grévistes ont décidé de répondre à ce mépris par la poursuite de la grève et une amplification des mobilisations.

Les actions se multiplient

Mercredi 13 janvier, environ 90 personnes, acheminées par 2 cars, se sont retrouvées devant Accor Hôtels Académie à Évry pour un rassemblement très combatif et festif. Le groupe Accor, le plus grand groupe d’hôtellerie en Europe (Sofitel, Mercure, etc.), utilise beaucoup les services de OMS, y compris dans son « académie » (école de formation) à Évry.

Au cœur du rassemblement, il y avait plus de 30 grévistes, avec le soutien de leur syndicat, la CNT Solidarité ouvrière, et de la CGT Hôtels de prestige et économiques, mais aussi de beaucoup de délégués des hôtels qui ont remporté des luttes victorieuses ces derniers temps ainsi que des membres de la CGT Finances publiques, de la CGT Paris Habitat et du NPA.

Deux jours plus tard, un nouveau rassemblement a eu lieu devant l’hôtel Mercure à la gare de Lyon et mercredi 20, une manifestation est prévue entre le siège de Paris Habitat et la Ville de Paris pour que cet organisme public, contrôlé par la mairie de Paris, rompe enfin(!) ses contrats avec OMS.

Suite aux rassemblements, OMS commence à perdre des contrats et s’inquiète d’en perdre encore plus. Pour que les grévistes puissent tenir et gagner ce bras de fer, le soutien financier est crucial. Une victoire dans cette lutte serait aussi une victoire pour tous les salariées de ces sociétés voyous dans le nettoyage, à Paris et au-delà.

N’hésitez pas à les aider !

Source :site NPA

Ross Harrold

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.