Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2016 7 13 /03 /mars /2016 19:54
Appel du secrétaire de la FGTA FO à la mobilisation générale le 31 Mars 2016

Cher(e)s Camarades,

La mobilisation pour le retrait du projet de loi « travail » progresse ! Après le succès de la première mobilisation du 9 avril, les organisations syndicales FO, CGT, FSU, SUD, UNEF, UNL, FIDL ont programmé la journée du 31 mars pour de nouvelles manifestations et grèves sur tout le territoire.

La FGTA-FO sera bien sûr mobilisée !

A cette occasion, je vous invite donc à vous rapprocher de vos Unions Départementales ou à rejoindre la FGTA-FO dans le cortège de la manifestation parisienne pour ceux qui le pourront aussi, afin de garantir le plus grand rassemblement possible, nous mettons à votre dispositions trois tracts à diffuser sur votre lieu de travail et dans votre entourage.

(http://www.fgtafo.fr/loi-travail-tous-mobilises-le-31-mars-2016/)

Tous ensemble, ne lâchons rien face à ceux qui veulent casser nos acquis sociaux et précariser l’avenir des jeunes !

Rendez-vous le 31 mars !

Amitiés syndicales,

Dejan Terglav, Secrétaire général de la FGTA-FO

 

#LoiTravailFOditNON

Avec la loi Travail, vous seriez plus facilement licencié

Avec la loi Travail, licencié sans cause réelle et sérieuse, vous seriez moins indemnisé

Avec la loi Travail, les heures supp’ seront moins bien payées

Avec la loi Travail, vous pourriez travailler jusqu’à 60h par semaine

Avec la loi Travail, votre santé serait moins surveillée

Avec la loi Travail, vos droits collectifs pourront être décidés par référendum contre l’avis de 70% des syndicats

Avec la loi Travail, le temps de repos pourra être fractionné

Avec la loi Travail, le chantage à l’emploi permettra de baisser votre salaire et d’augmenter votre temps de travail sans votre accord

Ce projet de loi repose sur une idée : vos droits et vos acquis sociaux sont la cause du chômage ! Aucune étude sérieuse ne corrobore cela.

En fragilisant les salariés et en donnant aux accords d’entreprise plus d’importance que les accords nationaux de branche, la loi travail alimentera le dumping social et contribuera au renforcement des inégalités de revenus. Il développera le précariat en facilitant l’embauche et le licenciement notamment des jeunes les moins qualifiés à l’entrée du marché du travail.

Le vrai enjeu n’est pas de faciliter les licenciements mais bien de retrouver le chemin d’une croissance économique créatrice d’emplois durables en relançant la consommation !

Pour le respect de nos droits le 31 mars, mobilisons-nous ! Et exigeons le retrait du Projet de loi el Khomri

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.