Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 18:56
FO Accor vous informe : Accor Hôtels-Jin Jiang se prépare à l'arrivée des Qataris

Accor Hôtels-Jin Jiang se prépare à l'arrivée des Qataris | Crédits photo : © Chris

 

McLennan/AccorJin Jiang a acquis 10% d'Accor Hôtels en deux mois et demi
Jusqu'ici, il a dit ne pas viser le contrôle d'Accor Hôtels
Les analystes évoquent un jeu d'équilibre au conseil
Le chinois pourrait jouer la scission du groupe
La spéculation dope le titre en Bourse

 

PARIS, 20 avril (Reuters) - Le chinois Jin Jiang est encore monté d'un cran au capital d'AccorHotels, musclant ses positions à l'approche de l'arrivée prochaine du Qatar et de l'Arabie saoudite au capital du groupe hôtelier français.

Jin Jiang, deuxième groupe hôtelier chinois, vient d'acquérir près de 10% du capital d'AccorHotels en l'espace de deux mois et demi, pour près d'un milliard d'euros, après avoir racheté il y a un an le groupe Louvre Hotel (Campanile, Kyriad, Première Classe), concurrent direct d'AccorHotels en France, pour 1,3 milliard d'euros.

Il détenait à la fin mars 14,98% du capital et 13,07% des droits de vote, contre 5% au début du mois de février.

Cette annonce a nourri les spéculations sur le titre AccorHotels, qui grimpe de 4,05% à 40,495 euros à la Bourse de Paris à 16h30, en tête des hausses de l'indice CAC 40 (+0,12% au même moment).

Fin février, Jin Jiang avait indiqué qu'il n'envisageait pas de prendre le contrôle d'AccorHotels mais qu'il n'excluait pas de poursuivre ses achats et de demander un ou plusieurs sièges au conseil d'administration pour "participer à la définition de la stratégie de la société".

"Jin Jiang veut probablement une position forte au conseil et ne pas être marginalisé par les investisseurs du Moyen-Orient", estime un analyste sous couvert d'anonymat.

Avec le rachat du groupe FRHI (Fairmont, Raffles, Swissôtel) le fonds d'investissement du Qatar (QIA) et de celui du prince saoudien Al-Waleed (KHC) entreront à hauteur de 10,5% et 5,8% respectivement au capital d'AccorHotels.

Il est prévu que QIA dispose de deux représentants au conseil et KHC d'un administrateur.

Légèrement dilué dans le nouveau tour de table, Jin Jiang pourrait alors remonter "pour maintenir l'équilibre des forces", selon l'analyste pour qui l'hôtelier chinois pourrait vouloir à terme prendre le contrôle d'AccorHotels une fois absorbée l'acquisition de son concurrent Plateno.

LE PARI D'UNE SCISSION

D'autres, pour qui la scission d'AccorHotels entre activités de gestion hôtelière (HotelServices) d'un côté et immobilière (HotelInvest) de l'autre ne fait aucun doute, Jin Jiang pourrait être acheteur d'HotelServices, les Qataris reprenant HotelInvest.

"Les investisseurs du Moyen-Orient sont plutôt preneurs d'actifs tangibles (l'immobilier) tandis que Jin Jiang pourrait reprendre HotelServices et ses marques, notamment Ibis dont le potentiel en Chine est immense", note l'un d'entre eux.

La scission devrait intervenir, selon lui, au début de 2017, "lorsque HotelInvest tournera en vitesse de croisière".

Interrogé, AccorHotels s'est refusé à tout commentaire. Jusqu'ici, son PDG Sébastien Bazin a répété que l'arrivée de Jin Jiang était bienvenue et que celui-ci soutenait la stratégie d'AccorHotels.

Il devrait encore être interrogé sur le sujet lors de l'assemblée générale des actionnaires prévue le 22 avril.

Interrogé sur une possible scission du groupe, Sébastien Bazin a répondu en février que la question se poserait en 2017, si le titre AccorHotels se révélait décoté après la restructuration qu'il a lancée à son arrivée dans le groupe il y a près de trois ans.

Selon les règles boursières françaises, Jin Jiang sera tenu de déclarer à nouveau ses intentions s'il franchit les 15%, 20% et 25% du capital d'AccorHotels, intentions qui l'engageraient pour une nouvelle période de six mois. (Edité par Dominique Rodriguez)


Source: En savoir plus sur http://investir.lesechos.fr/actions/actualites/accorhotels-jin-jiang-se-prepare-a-l-arrivee-des-qataris-1545441.php#iqZLTgeT1M7ZrEHV.99

 

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.