Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2016 7 22 /05 /mai /2016 21:22
FO Accor vous informe: Un revenu universel ? Oui, mais au minimum de 750 euros mensuels

La Fondation Jean-Jaurès, proche du Parti socialiste, publie une étude qui s'intéresse à l'impact de la mise en place d'un revenu de base distribué à tous les Français. Selon elle, pour être efficace, ce revenu devrait avoir un montant «proche du seuil de pauvreté».

Au mois d'avril, le rapport remis au premier ministre par le député Christophe Sirugue défendait la création d'un revenu minimum de 400 euros, distribué à toutes les personnes en situation de précarité. La Fondation Jean-Jaurès, proche du PS, va plus loin. Dans une étude publiée dimanche, ses experts ont évalué le coût de la mise en place d'un revenu de base attribué non pas au plus démunis mais à l'ensemble des Français. Ces experts qui assurent ne pas prendre parti sur «l'opportunité d'une telle réforme», ont chiffré l'impact d'un «revenu de base» en termes de redistribution et de rapport au travail. Une «telle réforme constituerait une révolution d'une ampleur similaire à celle de la création de la sécurité sociale en 1946», écrit la Fondation, alors que le sujet est de plus en plus présent dans le débat public.

Jusqu'à 65 ans

Trois hypothèses ont été retenues par les auteurs du rapport: avec des montants d'allocation de 500, 750 et 1.000 euros par mois. Si chaque cas est finançable, «le niveau intermédiaire» de 750 euros, -- avec un montant variable suivant l'âge --, apparaît selon le groupe de travail comme «l'utopie la plus réaliste». Versée à tous les Français jusqu'à 65 ans, l'allocation serait fixée à 225 euros jusqu'à 15 ans, puis 375 euros jusqu'à 18 ans. Elle atteindrait 750 euros entre 18 et 65 ans pour atteindre 1.125 euros après 65 ans, suggère l'étude. Une mesure dont le coût est évalué à 565 milliards d'euros, soit 26% du PIB, et qui «pourrait être financée en réorientant l'ensemble des dépenses actuelles de protection sociale (retraite, assurance-maladie, chômage, allocations familiales), à l'exception de celles consacrées à la prise en charge des affections de longue durée», écrit le groupe de réflexion.

Mesure financée par la TVA

À cela s'ajouterait «une hausse de deux points de la TVA, dans une logique consistant à faire peser davantage la protection sociale sur la consommation plutôt que sur le travail», poursuivent les auteurs. Ce niveau d'allocation, «proche du seuil de pauvreté absolue», permettrait «de couvrir les besoins essentiels de chacun en termes de logement, de santé ou de retraite, en limitant les effets désincitatifs sur la recherche d'emploi», estiment-ils. Le versement de tout ou partie de la prestation pourrait être réalisé sous la forme de bons échangeables contre des prestations de services publics dans les secteurs des transports, du logement, de la santé ou encore de la culture, suggèrent-ils. En revanche, un «niveau de 1.000 euros impliquerait des effets désincitatifs puissants sur l'offre de travail et une hausse excessive des prélèvements obligatoires», justifie la Fondation. À l'inverse, le somme de 500 euros, «par-delà son caractère insuffisant pour couvrir les besoins essentiels, générerait des effets anti-redistributifs dégradant le niveau de vie des plus pauvres», estime-t-elle.

Source Le Figaro

© Jean-Christophe MARMARA/Le Figaro figarofr

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.