Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 18:44
© BERTRAND GUAY / AFP Jean-Claude Mailly : il y aura "problème" si Macron persiste à vouloir légiférer par ordonnance

© BERTRAND GUAY / AFP Jean-Claude Mailly : il y aura "problème" si Macron persiste à vouloir légiférer par ordonnance

"Pour le moment, il est à peine élu, on va regarder ce que ça donne", a déclaré Jean-Claude Mailly, assurant rester vigilant sur les décisions d'Emmanuel Macron concernant la loi Travail.

 

Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force Ouvrière (FO), a prévenu lundi qu'"il y aura problème" si le président élu Emmanuel Macron persiste à vouloir légiférer par ordonnances cet été sur le droit du travail.

"Il y aura un problème d'une manière ou d'une autre". "S'il persiste dans l'idée de faire des ordonnances au mois de juillet, ça veut dire qu'il va balayer le dialogue social et la concertation : il y aura problème d'une manière ou d'une autre, donc on attend de voir", a prévenu Jean-Claude Mailly sur France Info. "Je ne vois pas quelle est l'organisation syndicale, quelle qu'elle soit aujourd'hui, sans parler du fond, qui peut accepter que ça passe à la schlague avec des ordonnances".

"On va voir ce que ça donne". Comme les autres centrales nationales, FO ne participera cependant pas au rassemblement organisé par le collectif "Front social", ce lundi à 14 heures Place de la République à Paris. "Chaque chose en son temps", a souligné Jean-Claude Mailly. "Pour le moment, il est à peine élu, on va regarder ce que ça donne", et notamment "est-ce qu'il veut faire une loi El Khomri puissance XXL ?". Il faut voir si Emmanuel Macron "va rester rigide sur ce qu'il a dit sur le plan social pendant la campagne électorale", ou "est-ce qu'il élargit, a un peu de souplesse dans la réflexion, accepte de véritablement dialoguer".

Les négociations par branches, "c'est pas républicain". Parmi les points d'inquiétude, le responsable syndical a cité la volonté d'Emmanuel Macron de "remettre en cause à nouveau la hiérarchie des normes, c'est-à-dire les négociations au niveau des branches". "Je le dis clairement : remettre en cause le niveau national de négociations, c'est pas républicain".

Le résultatEmmanuel Macron a été élu dimanche président de la République en battant largement la candidate d'extrême droite Marine Le Pen, lors d'un second tour marqué par une forte abstention. Emmanuel Macron a obtenu 66,1% des voix face à Marine Le Pen (33,9%), selon les résultats définitifs. Le second tour a été marqué par une hausse de l'abstention, 25,44% par rapport au premier tour (22,23%). C'est un record depuis 1969. 

Source : Europe 1

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.