Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 09:27
AG Accorhotels 30 Juin 2017

AG Accorhotels 30 Juin 2017

PARIS, 30 juin (Reuters) - AccorHotels pense boucler d'ici l'automne ou la fin de l'année 2017 la cession d'une majorité du capital de son pôle immobilier, a déclaré vendredi le PDG du groupe lors d'une assemblée générale extraordinaire.

A l'annonce de ce projet, en juillet 2016, Sébastien Bazin avait dit s'attendre à boucler l'opération à la fin du premier semestre 2017.

La valeur des actifs de ce pôle, rebaptisé AccorInvest et qui compte 960 hôtels dans 26 pays, totalise 6,6 milliards d'euros.

Cette vente doit permettre à AccorHotels d'avoir davantage de moyens pour poursuivre ses acquisitions et sa transformation digitale afin de mieux affronter la concurrence des plates-formes de réservation et de partage, Booking, Expedia et Airbnb en tête.

"Il faut répondre aux enjeux numériques, être agile, flexible (...) accélérer la croissance (...) et renforcer nos parts de marché sous forme d'acquisitions ou de partenariats", a déclaré le dirigeant.

Il a estimé que la valeur des actifs d'AccorInvest pourrait atteindre les 10 milliards d'euros, à terme, mais s'est refusé à toute précision sur l'identité des investisseurs avec lesquels les discussions se poursuivent "activement" ainsi que sur la part précise du capital qui leur sera cédée.

Cette opération s'inscrit dans une vaste mutation d'AccorHotels engagée par son dirigeant, qui a multiplié les acquisitions dans le digital, comme les sites de ventes privées de voyages VeryChic ou de location de logements de prestige Onefinestay ou bien la conciergerie John Paul.

Il s'est même diversifié dans la restauration et l'événementiel, avec une participation minoritaire dans la société Noctis, gérant de restaurants et d'emblématiques clubs parisiens comme Castel ou Raspoutine.

Les actionnaires ont approuvé à 99,7% la résolution sur l'apport des actifs du groupe à AccorInvest, qui se traduira par la cession d'une partie des murs de ses hôtels. (Pascale Denis, édité par Matthieu Protard)

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.