Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2017 5 07 /07 /juillet /2017 19:42
Jo&Joe mise sur sa nouvelle application pour toucher notamment les 18-35 ans. © Jérémie Mazenq - Abaca - Hossegor

Jo&Joe mise sur sa nouvelle application pour toucher notamment les 18-35 ans. © Jérémie Mazenq - Abaca - Hossegor

Ce concept hôtelier entre auberge de jeunesse et location d'appartement veut fédérer une communauté connectée notamment via son application.

Le 2 juin 2017, le premier Jo&Joe ouvrait à Hossegor dans les Landes, permettant à AccorHotels de lancer ce concept hybride (baptisé open house) à destination des millennials. Les 140 lits et des prix contenus entre 19 à 40 euros la nuit selon la saison l'apparentent à une auberge de jeunesse. Mais son style conçu par le designer Lee Penson et ses espaces de vie commune (bar, cuisine collective équipée, hamacs) rappellent plutôt les appartements qui font fureur sur Airbnb.

Le numéro six mondial de l'hôtellerie croit dur comme fer à ce projet en partenariat avec Quiksilver et Roxy. "Le groupe a investi plus de deux millions d'euros rien que sur cet établissement", affirme Matthieu Perrin, directeur de la marque Jo&Joe. Et deux autres ouvertures sont prévues à Paris (500 lits) et à Bordeaux (700 lits) à l'automne 2018. D'ici 2020, l'objectif d'Accor est de dupliquer le modèle aux 50 plus grandes métropoles du monde.

"Hossegor sera notre laboratoire, où l'on va essuyer des échecs et rencontrer d'immenses succès", parie Matthieu Perrin. Ce premier Jo&Joe sert notamment de terrain d'expérimentation numérique pour atteindre les 18-35 ans. Des digital natives qui pèseront 300 millions de voyages internationaux d'ici 2020, selon l'Organisation mondiale du tourisme. Jo&Joe leur propose d'ores et déjà une application mobile développée en interne. Le client peut s'y inscrire en quelques minutes en utilisant son numéro de téléphone ou un compte Facebook comme identifiant. Pour éviter les formulaires classiques, un chatbot demande à l'utilisateur de l'appli son prénom, une photo de profil et une adresse mail tout en promettant de ne pas spammer. "Cette génération se méfie de la publicité ou de l'abus de certaines approches commerciales", commente-t-il.

Un système de paiement cashless

Cette application inclut un mode de paiement unique et simple durant le séjour. "Vous chargez une somme d'argent sur un porte-monnaie électronique afin d'obtenir un flash code qui permet de passer des commandes dans le bar et pour toutes les activités", explique Matthieu Perrin. Le client peut recharger à volonté sous un plafond de 250 euros. Pour les éventuels récalcitrants au mobile, il est possible d'imprimer le code sur une feuille ou de demander l'aide des équipes sur place.

Un mur sur l'appli réunit des annonces pour des activités collaboratives

Jo&Joe tente aussi avec cette appli de résoudre le paradoxe de la cible commerciale 18-35 ans à la recherche d'expériences insolites, authentiques et réelles, mais avec des services 100% numériques. L'application permet certes les échanges de messages, de poster de photos-souvenirs et de créer des cercles d'amis mais elle ne se contente pas de reproduire un simple réseau social où trop se sont "cassés les dents", selon Matthieu Perrin. Le but est aussi de mettre en relation voyageurs et acteurs locaux. Des surfeurs à Hossegor commencent à venir dans le bar qui réalise en à peine un mois 4 000 euros de chiffre d'affaires certains soirs. Ce qui attire les résidents en quête de typicité.

Enfin, un mur sur l'appli réunit des annonces pour des activités collaboratives : du surf, une balade, des places de voitures pour aller à Bordeaux ou une sortie au bar par exemple. La géolocalisation identifie les voyageurs présents dans l'établissement. Libre à eux de discuter, puis de quitter leur chambre pour se rencontrer dans un espace communautaire. Une approche sociale sans subir la promiscuité, telle est la nouvelle auberge de jeunesse 2.0 en laquelle croit AccorHotels.

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.