Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2017 2 25 /07 /juillet /2017 10:59
© Olivier Le Moal/Olivier Le Moal - stock.adobe.com Selon les données publiées lundi par le ministère du Travail, le nombre de ces séparations à l'amiable a ainsi dépassé la barre des 200.000 entre janvier et juillet, un record sur les six premiers mois

© Olivier Le Moal/Olivier Le Moal - stock.adobe.com Selon les données publiées lundi par le ministère du Travail, le nombre de ces séparations à l'amiable a ainsi dépassé la barre des 200.000 entre janvier et juillet, un record sur les six premiers mois

Elles représentent désormais près de 16 % des ruptures de CDI chaque année, contre 6 % aux licenciements économiques et plus de 50 % aux démissions.

Le nombre de ruptures conventionnelles conclues entre les employeurs et les salariés a augmenté de 7,1 % au premier semestre 2017 par rapport à la même période l'an dernier. Selon les données publiées lundi par le ministère du Travail, le nombre de ces séparations à l'amiable a ainsi dépassé la barre des 200.000 entre janvier et juillet, un record sur les six premiers mois de l'année! Plus spécifiquement, les services de la Rue de Grenelle ont homologué 207.132 ruptures, dont 35.718 durant le seul mois de juin après 34.900 en mai. En juin, 6,2 % des demandes de ruptures conventionnelles enregistrées au total ont été retoquées pour différentes raisons, notamment de forme, précise par ailleurs le ministère. Un chiffre stable depuis plusieurs années.

Adoptée sous le gouvernement de François Fillon après un accord entre syndicats et patronat, la rupture conventionnelle est entrée en vigueur en août 2008. Globalement, elle permet à l'employeur et au salarié de s'entendre d'un commun accord sur la rupture d'un contrat à durée interminée (CDI). Elle ne peut donc pas être imposée par l'une des deux parties. Au total, depuis sa mise en place, quelque 2,69 millions de ruptures conventionnelles ont été homologuées par l'administration en près de neuf ans. Rien qu'en 2016, 390.778 séparations de ce type ont été acceptées, là encore un record. Elles représentent désormais près de 16 % des ruptures de CDI chaque année, contre 6 % aux licenciements économiques et plus de 50 % aux démissions.

 

Droit à l'assurance-chômage

Avec une rupture conventionnelle, le salarié a droit à l'assurance-chômage. Quant à l'employeur, la séparation est sécurisée et le risque de contentieux aux prud'hommes est faible. À noter que les inscriptions à Pôle emploi à la suite d'une rupture conventionnelle ont diminué de 3,5 % entre décembre 2016 et mars 2017, après 0,7 % entre septembre et décembre 2016.

Elles représentent désormais près de 16 % des ruptures de CDI chaque année, contre 6 % aux licenciements économiques et plus de 50 % aux démissions.
Le nombre de ruptures conventionnelles conclues entre les employeurs et les salariés a augmenté de 7,1 % au premier semestre 2017 par rapport à la même période l'an dernier. Selon les données publiées lundi par le ministère du Travail, le nombre de ces séparations à l'amiable a ainsi dépassé la barre des 200.000 entre janvier et juillet, un record sur les six premiers mois de l'année! Plus spécifiquement, les services de la Rue de Grenelle ont homologué 207.132 ruptures, dont 35.718 durant le seul mois de juin après 34.900 en mai. En juin, 6,2 % des demandes de ruptures conventionnelles enregistrées au total ont été retoquées pour différentes raisons, notamment de forme, précise par ailleurs le ministère. Un chiffre stable depuis plusieurs années.
Adoptée sous le gouvernement de François Fillon après un accord entre syndicats et patronat, la rupture conventionnelle est entrée en vigueur en août 2008. Globalement, elle permet à l'employeur et au salarié de s'entendre d'un commun accord sur la rupture d'un contrat à durée interminée (CDI). Elle ne peut donc pas être imposée par l'une des deux parties. Au total, depuis sa mise en place, quelque 2,69 millions de ruptures conventionnelles ont été homologuées par l'administration en près de neuf ans. Rien qu'en 2016, 390.778 séparations de ce type ont été acceptées, là encore un record. Elles représentent désormais près de 16 % des ruptures de CDI chaque année, contre 6 % aux licenciements économiques et plus de 50 % aux démissions.

Droit à l'assurance-chômage
Avec une rupture conventionnelle, le salarié a droit à l'assurance-chômage. Quant à l'employeur, la séparation est sécurisée et le risque de contentieux aux prud'hommes est faible. À noter que les inscriptions à Pôle emploi à la suite d'une rupture conventionnelle ont diminué de 3,5 % entre décembre 2016 et mars 2017, après 0,7 % entre septembre et décembre 2016.

Source: Le Figaro

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

ANONYME 25/07/2017 14:20

NON MAIS J'Y CROIS PAS DU TOUT EN TANT QU'ANCIEN SALARIÉ !!!

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.