Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 août 2017 4 31 /08 /août /2017 09:14
© Copyright 2017, L'Obs Edouard Philippe et Nicole Pénicaud dévoilent le contenu des ordonnances

© Copyright 2017, L'Obs Edouard Philippe et Nicole Pénicaud dévoilent le contenu des ordonnances

Les 150 pages des ordonnances sont présentées aux partenaires sociaux, avant une conférence de presse à 12 heures. Fin du suspens... mais pas du bras de fer.

C'est le jour J. Le gouvernement dévoile ce jeudi matin le contenu précis des ordonnances réformant le Code du travail, chantier majeur de ce début de quinquennat. Enfin ! Jusqu'à présent, le gouvernement avait toujours refusé de dévoiler son jeu. Il est resté vague lors des débats au Parlement. Puis, lors des consultations qui ont eu lieu la semaine dernière avec les syndicats et les organisations patronales, le cabinet de la ministre du Travail Nicole Pénicaud avait soigneusement entretenu le secret, en montrant seulement une partie des textes.

Le suspens est levé, mais la communication reste très maîtrisée. Rendez-vous est pris à 9h45 à Matignon. Le Premier ministre Edouard Philippe et sa ministre accordent la primeur de l'annonce aux partenaires sociaux, qui découvriront les ultimes arbitrages. Puis, à 12 heures, aura lieu la présentation à la presse.

Les cinq ordonnances devraient former un ensemble de 150 pages environ. Le texte en serait à sa sixième version.

 

"Une réforme de transformation profonde"

Quelles nouvelles règles pour les CDI de chantier, les CDD ? Quels seront le plancher et le plafond des indemnités prud'homales en cas de licenciement abusif? Quelle articulation entre accords de branche et accords d’entreprise ? Les instances de représentation du personnel vont-elles fusionner ? Quelles règles de négociation dans les petites entreprises sans syndicat ? Un accord minoritaire pourra-t-il être validé par référendum des salariés ?

Emmanuel Macron semble décidé à frapper fort, afin de ne pas avoir à rouvrir le chantier par la suite :

 

"La réforme du marché du travail est une réforme de transformation profonde et, comme je m'y suis engagé, elle doit être assez ambitieuse et efficace pour continuer à faire baisser le chômage de masse et permettre de ne pas revenir sur ce sujet durant le quinquennat", indique Emmanuel Macron, dans un entretien au "Point" de ce jeudi.

Source: l'Obs

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.