Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2017 2 03 /10 /octobre /2017 08:26

 

Accor a annoncé hier l'acquisition du spécialiste de solutions de distribution hôtelières dédiées à la clientèle affaires Gekko.

 

« Cette opération s’inscrit dans la stratégie visant à renforcer le leadership de AccorHotels sur l’ensemble du parcours client, en enrichissant son offre de services à destination des voyageurs d’affaires, qui représentent le principal segment de clientèle du Groupe.
Grâce à son expertise et sa technologie de pointe, Gekko offre des solutions de recherche et de réservation au travers d’une interface connectée à plus de 500 000 hôtels dans le monde, allant de l’économique au luxe. Ses outils de gestion clé en main permettent à la clientèle d’affaires la gestion de paiement en ligne, ainsi que le suivi et l’optimisation de l’ensemble de leurs coûts » explique Accor.

Le groupe Gekko a signé des contrats avec 300 grandes entreprises et 14000 agences de voyage dont HCorpo (grands comptes), Teldar Travel (agences de voyage loisirs), Teldar Travel Biz (agences de voyages pour PME), Miles Attack (programme de fidélisation) et Infinite Hotel (grossiste dédié à l’hôtellerie française indépendante).

La société, fondée en 2010 et dirigée par Olivier Delouis et Stéphane de Laforcade a vu HLD, groupe d’investissement européen, devenir son actionnaire de référence en 2015.
« L’opération, qui valorise Gekko à 100 millions d’euros, sera relutive dans les résultats de AccorHotels dès 2018 » a assuré le groupe hôtelier.

« Nous nous réjouissons d’accueillir les équipes Gekko au sein du Groupe. La forte implantation internationale de AccorHotels, associée au leadership technologique de Gekko, nous permettent de créer aujourd’hui un leader mondial de la distribution hôtelière B to B. Le tourisme d’affaires représentant un segment clé de l’activité du Groupe, notre capacité à répondre sur toute la chaine de valeur aux besoins spécifiques de ce segment constitue un véritable point de différenciation » a déclaré Thibault Viort, Chief Disruption & Growth Officer chez AccorHotels.

Source: Business Traveler France

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.