Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2017 1 09 /10 /octobre /2017 07:51
FO Accor vous informe :AccorHotels + SNCF : une nouvelle collection d’hôtels Orient Express

Une nouvelle marque hôtelière très prestigieuse et à visée internationale va voir le jour, grâce au leader européen de l’hôtellerie AccorHotels qui annonce prendre part au capital de la société Orient Express à hauteur de 50%, jusqu’alors propriété de la SNCF.

 

AccorHotels met la main sur l’Orient Express

Signe du destin, ce partenariat est signé « 134 ans, jour pour jour, après le premier voyage de l’Orient Express entre Paris et Constantinople, le 4 octobre 1883. »
Les groupes AccorHotels et SNCF, désormais associés, pourront partager leur expertise et leur savoir-faire, avec pour ambition commune de développer une nouvelle collection qui « proposera une expérience mêlant luxe, exotisme et raffinement de l’Orient et l’Occident dans des lieux emblématiques », comme le stipule leur communiqué de presse.


Sébastien Bazin, PDG d’AccorHotels et Mathias Vicherat, directeur général adjoint en charge du projet d’entreprise, de la communication et de l’image du groupe SNCF, s’ancre dans un partenariat stratégique entre grands groupes spécialistes du voyage, avec pour objectif de « redonner un nouveau souffle et un rayonnement international à une marque historique et reconnue à travers le monde », comme l’annonce ce premier.

 

Une stratégie d’acquisition et de participations en plein essor chez AccorHotels

Cherchant à doper ses résultats d’ici 2020, le groupe Français AccorHotels tend à valoriser son expansion dans le secteur du luxe en rachetant des sociétés du segment locatif de résidences privées de luxe, comme en février 2017 avec le groupe Américain Travel Keys puis la société britannique Onefinestay, surnommée le “Airbnb du luxe”, sans oublier sa prise de parts chez Oasis Collections et Squarebreak, plates-formes spécialisées dans la location d’appartements ou de maisons haut-de-gamme, ainsi que l’acquisition de 80% de la conciergerie John Paul. Ce partenariat semble donc s’inscrire dans la stratégie à court et moyen terme du groupe hôtelier, que l’on espère prometteuse.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.