Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 novembre 2017 4 09 /11 /novembre /2017 08:03
FO Accor vous informe: AccorHotels renonce à sa place de marché sur Internet

Le groupe hôtelier a décidé de fermer sa place de marché ouverte à des établissements indépendants.
Annoncée en juin 2015, cette initiative n'a pas eu le succès escompté.

C'est un revirement pour AccorHotels : le champion français de l'hôtellerie, numéro six mondial de son secteur, a décidé d'arrêter, d'ici à la fin de l'année, sa « place de marché », c'est-à-dire l'ouverture de sa plate-forme de réservation à « une sélection d'hôteliers indépendants », révèle ce jeudi l'édition électronique du mensuel « L'Echo touristique ».

Annoncée en juin 2015, la création de cette place de marché constituait un élément clef de la stratégie numérique du PDG d'AccorHotels, Sébastien Bazin . Ce dernier comptait en effet, avec cette initiative inédite, mieux rivaliser avec les grands acteurs de la réservation sur Internet, les Booking.com, Expedia et consorts, en renforçant l'offre d'AccorHotels avec un parc additionnel exploité par des tiers non franchisés. Le groupe, qui commercialisait alors quelque 3.700 établissements, entendait porter leur nombre, d'ici à fin 2018, à plus de 10.000, dans 328 villes de 80 pays. « C'est une décision très profonde, réfléchie », avait souligné à l'époque Sébastien Bazin, assumant le risque de cannibalisation par « le développement des flux » de réservation.

Nouvelle équipe

De l'aveu de la direction, cette place de marché donne lieu à « des taux de conversion relativement faibles » pour les quelque 2.000 hôteliers indépendants concernés. En conséquence, le groupe serait contraint à investir davantage encore dans leur référencement Internet. L'abandon de sa place de marché devrait, a contrario, ravir bien des franchisés, le projet ayant été perçu comme étant l'émergence d'une concurrence interne.

Ce revirement intervient aussi à l'heure où la nouvelle responsable du digital d'AccorHotels, Maud Bailly, une transfuge de la SNCF en poste depuis le 3 avril, doit donner une nouvelle impulsion au groupe dans toutes ses dimensions numériques - vente, fidélisation, nouveaux services... -, trois ans après  le lancement d'un premier plan de transformation. Cette impulsion passe notamment par une meilleure mise en avant des marques du groupe, en particulier des plus récentes, de l'offre de résidences privées sous la marque onefinestay et, plus largement, d'une dynamisation des revenus des hôtels.

Elle passe aussi par une nouvelle équipe. Après celui de Romain Roulleau, le pôle numérique d'AccorHotels a connu deux autres départs de poids, celui des dirigeants de la filiale Fastbooking, Guillaume de Marcillac et Jean-Luc Chrétien, un « vieux routier » d' AccorHotels. Par ailleurs, est annoncée l'arrivée prochaine de Gilles de Richemond, le « monsieur Techno » de Voyages-sncf.com. Il suivra de peu l'ancien directeur général de cette filiale de la SNCF, Franck Gervais , depuis le 1er novembre patron Europe de l'ensemble des activités d'AccorHotels (hors immobilier), un nouveau poste d'ailleurs.

Christophe Palierse, Les Echos

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor et ses franchisés
  • Contact

IN MEMORIAM

             

Cécilio Garcia

Fondateur du Syndicat FO Accor 

1947-2018

 

 

Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
contactez nous à
  l'adresse ci dessous 

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris
06 08 16 67 58
bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.