Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 novembre 2017 6 11 /11 /novembre /2017 09:06
Fo accor vous informe: Marketplace Accorhotels : Accor jette l’éponge

La nouvelle est tombée cette semaine et c’est L’Echo Touristique qui l’a révélée. Depuis l’information a été confirmée par plusieurs sources internes chez Accor.

Article corrigé (ajout et correction de faits/dates) le 10 novembre 2017 à 19h00 sur demande de Jean-Luc Chrétien.

Kézako

Ceci veut dire qu’Accor va se concentrer sur la commercialisation de ses propres hôtels (filiales ou franchisés) et lâche les indépendants à la fin de l’année 2017, ce qui réjouit bien évidemment les franchisés.

Un peu d’histoire

Et si on faisait un retour en arrière sur le sujet digital :

  • 2014 :
    • mars : Arrivée de Vivek Badrinath en provenance d’Orange en tant que Directeur Général Adjoint en charge du Digital (Chief Digital Officer). Lui reportent la Distribution (JL Chrétien), le Marketing (G Champetier) et l’Informatique (L Idrac).
    • septembre : Guillaume de Marcillac devient consultant chez Accor pour sa stratégie web. Il avait quitté Fastbooking début 2013
    • octobre : Accor communique : "Accor engage sa transformation digitale"
    • octobre : Accor achète la start-up Wipolo à Thibault Viort
    • décembre : Accor entre officieusement en scène pour un achat potentiel de Fastbooking
  • 2015 :
    • mars : Accor officialise son entrée en scène pour un achat potentiel de Fastbooking
    • avril : Accor annonce la finalisation de l’achat de Fastbooking ; Guillaume de Marcillac et Jean-Luc Chrétien, un "accor man" depuis 2007, deviennent chacun co-directeur général de Fastbooking -** avril : Sébastien Bazin annonce le lancement d’une place de marché et d’une usine digitale (Digital Factory) au service des hôtels indépendants – distribution via la place de marché accorhotels.com et commercialisation de technologies de distribution et de services de marketing digital
    • juin : Accor s’érige en grand frère des indépendants, mais uniquement pour le portail B2C. Le portail B2B reste la chasse gardée des filiales et franchisés.

Conclusion

Au final, 3 ans perdus sur la partie hôtels indépendants, plusieurs sociétés acquises dont certaines ont un avenir qui ne correspond plus à la stratégie actuelle, des dizaines de millions d’euros dépensés, des gens remerciés.

Depuis un an, on sent un vrai virage allant vers les sites B2C...

Ça ressemble à une partie d’échecs où le mat approche à grand pas : qui veut rivaliser frontalement en B2C avec Booking, Expedia & AirBnB a besoin de quelques milliards d’euros, pas de quelques dizaines de millions !

Ce qu’on peut retenir de ces épisodes, c’est que Sébastien Bazin sait d’une part dépenser beaucoup d’argent pour embaucher des gens et acheter des boîtes, et d’autre part sait prendre des décisions brutales quand les choses ne se déroulent pas comme prévu.

Épilogue

A quand la prochaine décision brutale ?

 
 
 
Si vous copiez cet article partiellement ou intégralement, n’oubliez pas d’insérer le lien https://suiv.me/8628 vers sa source ou le lien https://suiv.me/8628.qr vers le QR Code ci-contre. N'hésitez pas à consulter le monde d'emploi ou à lire les CGU.
 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor et ses franchisés
  • Contact

IN MEMORIAM

             

Cécilio Garcia

Fondateur du Syndicat FO Accor 

1947-2018

 

 

Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
contactez nous à
  l'adresse ci dessous 

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris
06 08 16 67 58
bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.