Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 février 2018 3 28 /02 /février /2018 14:57
FO Accor informe : Accor : AccorHotels cède la majorité d'AccorInvest pour 4,4 milliards d'euros

PARIS (Reuters) - AccorHotels a annoncé mardi avoir engagé la cession d'une majorité du capital de sa filiale immobilière AccorInvest, franchissant une étape clé dans son plan de transformation.

Le numéro un européen de l'hôtellerie, qui avait annoncé son projet en 2016 et entendait le boucler à la mi-2017, a fini par parvenir à un accord sur la vente de 55% de son pôle immobilier à un groupe d'investisseurs pour 4,4 milliards d'euros.

En cédant ses murs d'hôtels, le groupe se rapproche des modèles dit "asset light" de ses grands concurrents InterContinental ou Marriott.

AccorHotels se réserve la possibilité de céder encore des parts d'AccorInvest pour descendre jusqu'à 30% du capital de la société dans les cinq ans qui viennent.

Au-delà de cette date, il pourra totalement en sortir.

"AccorHotels n'a pas vocation, sur le long terme, à rester actionnaire d'AccorInvest", a précisé Sébastien Bazin, évoquant une possible mise en Bourse, à terme, de l'entreprise.

Dans la foulée, le groupe a annoncé qu'il procèderait à un rachat d'actions dans les deux ans qui viennent pour un montant de 1,35 milliard d'euros, représentant environ 10% de son capital.

"REMERCIER LES ACTIONNAIRES"

"AccorHotels se devait de remercier ses actionnaires pour leur confiance", a précisé le PDG.

Le groupe, qui a dégagé des résultats annuels record, avait laissé entendre que sa politique de dividende serait modifiée après cette cession pour s'aligne sur le modèle "asset light" de ses concurrents qui ont peu d'actifs immobiliers et sont susceptibles de verser "d'importants montants sous forme de dividendes exceptionnels".

Sébastien Bazin a également confirmé mardi que la stratégie d'acquisitions menée ces dernières années serait poursuivie, tout en veillant à ne pas dégrader la notation "Investment grade" du groupe.

"L’entrée de ces nouveaux investisseurs et la déconsolidation d’AccorInvest vont permettre à AccorHotels de disposer de marges de manoeuvre importantes pour poursuivre sa stratégie offensive de croissance et d’innovation et créer de la valeur pour ses actionnaires", a-t-il dit.

De son côté, AccorInvest "va bénéficier du soutien de nouveaux actionnaires puissants et d’une structure financière renforcée pour dérouler sa feuille de route et poursuivre une consolidation dynamique de son portefeuille d’actifs".

L'opération s'est faite sur la base d'une valeur d'entreprise de 6,25 milliards d'euros, contre 6,6 milliards estimés par AccorHotels à la fin 2016.

Le niveau de participation de chaque investisseur, comme le niveau de dette portée par la société n'ont pas été rendus publics.

Les investisseurs ont pris des engagements fermes et AccorHotels leur a octroyé une exclusivité, dans l’attente de la consultation des instances représentatives du personnel.

L'opération, soumise à l’approbation de certaines autorités réglementaires et de la concurrence, fera l’objet d’une consultation des actionnaires d’AccorHotels et devrait être finalisée au cours du deuxième trimestre 2018.

AccorInvest sera alors intégrée par mise en équivalence dans les comptes consolidés d’AccorHotels.

(Pascale Denis, édité par Gwenaëlle Barzic)  Copyright © 2018 Thomson Reuters

PARIS (Reuters) - AccorHotels a annoncé mardi avoir engagé la cession d'une majorité du capital de sa filiale immobilière AccorInvest, franchissant une étape clé dans son plan de transformation.

Le numéro un européen de l'hôtellerie, qui avait annoncé son projet en 2016 et entendait le boucler à la mi-2017, a fini par parvenir à un accord sur la vente de 55% de son pôle immobilier à un groupe d'investisseurs pour 4,4 milliards d'euros.

En cédant ses murs d'hôtels, le groupe se rapproche des modèles dit "asset light" de ses grands concurrents InterContinental ou Marriott.

AccorHotels se réserve la possibilité de céder encore des parts d'AccorInvest pour descendre jusqu'à 30% du capital de la société dans les cinq ans qui viennent.

Au-delà de cette date, il pourra totalement en sortir.

"AccorHotels n'a pas vocation, sur le long terme, à rester actionnaire d'AccorInvest", a précisé Sébastien Bazin, évoquant une possible mise en Bourse, à terme, de l'entreprise.

Dans la foulée, le groupe a annoncé qu'il procèderait à un rachat d'actions dans les deux ans qui viennent pour un montant de 1,35 milliard d'euros, représentant environ 10% de son capital.

"REMERCIER LES ACTIONNAIRES"

"AccorHotels se devait de remercier ses actionnaires pour leur confiance", a précisé le PDG.

Le groupe, qui a dégagé des résultats annuels record, avait laissé entendre que sa politique de dividende serait modifiée après cette cession pour s'aligne sur le modèle "asset light" de ses concurrents qui ont peu d'actifs immobiliers et sont susceptibles de verser "d'importants montants sous forme de dividendes exceptionnels".

Sébastien Bazin a également confirmé mardi que la stratégie d'acquisitions menée ces dernières années serait poursuivie, tout en veillant à ne pas dégrader la notation "Investment grade" du groupe.

"L’entrée de ces nouveaux investisseurs et la déconsolidation d’AccorInvest vont permettre à AccorHotels de disposer de marges de manoeuvre importantes pour poursuivre sa stratégie offensive de croissance et d’innovation et créer de la valeur pour ses actionnaires", a-t-il dit.

De son côté, AccorInvest "va bénéficier du soutien de nouveaux actionnaires puissants et d’une structure financière renforcée pour dérouler sa feuille de route et poursuivre une consolidation dynamique de son portefeuille d’actifs".

L'opération s'est faite sur la base d'une valeur d'entreprise de 6,25 milliards d'euros, contre 6,6 milliards estimés par AccorHotels à la fin 2016.

Le niveau de participation de chaque investisseur, comme le niveau de dette portée par la société n'ont pas été rendus publics.

Les investisseurs ont pris des engagements fermes et AccorHotels leur a octroyé une exclusivité, dans l’attente de la consultation des instances représentatives du personnel.

L'opération, soumise à l’approbation de certaines autorités réglementaires et de la concurrence, fera l’objet d’une consultation des actionnaires d’AccorHotels et devrait être finalisée au cours du deuxième trimestre 2018.

AccorInvest sera alors intégrée par mise en équivalence dans les comptes consolidés d’AccorHotels.

(Pascale Denis, édité par Gwenaëlle Barzic)  Copyright © 2018 Thomson Reuters

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor et ses franchisés
  • Contact

IN MEMORIAM

             

Cécilio Garcia

Fondateur du Syndicat FO Accor 

1947-2018

 

 

Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
contactez nous à
  l'adresse ci dessous 

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris
06 08 16 67 58
bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.