Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 avril 2018 7 15 /04 /avril /2018 16:32
Maranatha détient 60 hôtels, dont La Pérouse, à Nice.(MARANATHA HOTELS)

Maranatha détient 60 hôtels, dont La Pérouse, à Nice.(MARANATHA HOTELS)

Maranatha, l'empire hôtelier qui les rend tous fous !

La mise en redressement judiciaire de Maranatha restera dans les annales des procédures collectives. Aucun dossier d'une telle complexité n'a franchi les portes du tribunal de commerce de Marseille depuis dix ans. Pensez, le cinquième groupe hôtelier français, avec 60 établissements, bâti sans fonds propres à partir de plus de 200 sociétés grâce à 6.000 investisseurs, au fonds souverain koweïtien Cale Street Partners et aux talents d'ingénierie financière de son fondateur, l'ancien expert-comptable marseillais Olivier Carvin. Aujourd'hui, les propriétaires des murs ou des titres de ce patchwork portent une dette de 745 millions d'euros. Le parc hôtelier de Maranatha n'a plus que 18 millions d'euros de trésorerie.

Sa déconfiture frappe des milliers d'épargnants qui pensaient faire une bonne affaire ou défiscaliser en s'offrant un bout d'hôtel dans les Alpes, à Paris ou sur la Côte d'Azur, les 3.400 salariés des établissements et la centaine de collaborateurs de la holding et de la société de gestion du parc hôtelier.

Olivier Carvin a racheté à tour de bras des hôtels et surtout un lot de six établissements de prestige, Les Hôtels du Roy : Pont Royal et California à Paris, La Pérouse à Nice… Ce sont eux qui aiguisent les appétits des repreneurs. D'autant que la capitale et les grandes villes manquent d'hébergements sur un marché où la croissance et les touristes sont de retour. "Depuis cet automne, on est tous comme des fous. Maranatha, c'est la prise de guerre du secteur", estime un candidat à la reprise.

La date de dépôt des offres est fixée au 16 avril. Vingt-six candidats ont retiré un dossier. Pour Me Philip Pechayre, qui représente 1.300 investisseurs, "les opérateurs hôteliers avec des partenaires financiers seront les mieux placés pour l'emporter". Tels le duo AccorHotels-Colony Capital ou Le Groupe de l'hôtellerie (LGH) de Gilles Douillard associé au fonds Tikehau. Mais les familiaux Ferré et Paris Inn Group s'agitent, comme de nombreux fonds anglo-saxons et un pool d'investisseurs parisiens, derrière la société Cidhotel.

Deux hommes clés à la manœuvre

Selon plusieurs sources, les offres préliminaires évalueraient l'ensemble mis en redressement entre 500 et 530 millions d'euros, l'offre mieux-disante émanant d'AccorHotels-Colony. "Ce qui importe, c'est le découpage du gâteau. Les Koweïtiens ont une créance garantie sur Les Hôtels du Roy de 285 millions d'euros plus intérêts et les petits investisseurs ont investi 600 millions d'euros", recadre Me Pechayre, qui compte peser sur les arbitrages. "Tout n'est pas qu'une question de prix", poursuit Me Franck Michel, un des deux administrateurs judiciaires chargé du dossier.

Bruno Robert, directeur général hôtellerie de Maranatha depuis 2016, est devenu l'homme incontournable. Ce pro (ex d'Accor, Méridien, Starwood et Concord Hotels) connaît mieux que quiconque le parc hôtelier à reprendre. Il se murmure même qu'il préparerait une offre de reprise avec la Foncière des murs, filiale de Foncière des régions, et une autre avec AccorHotels-Colony. L'intéressé dément mais reconnaît avoir rencontré une dizaine de candidats. "Si demain l'un d'eux me demandait de l'accompagner, bien sûr que j'étudierais sa proposition. Pour l'instant j'attends le 16 avril", répond-il.

Dans ce dossier, on trouve aussi Me Maurice Lantourne. L'avocat historique de Bernard Tapie représente avec Bernard Bouquet à Marseille les intérêts du groupe Maranatha et de son fondateur. "L'objectif indirect est peut-être de sauver Carvin dans la procédure pénale en limitant la casse grâce à un plan de continuation qui pourrait aller jusqu'à dix ans", commente un proche du dossier. Lantourne a aussi été l'un des précieux conseils de Sébastien Bazin pour monter ses opérations immobilières lorsqu'il dirigeait le fonds d'investissement américain Colony Capital Europe. Me Lantourne : "Je connais beaucoup d'acteurs du marché hôtelier, mais je ne suis pas en conflit d'­intérêts

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor et ses franchisés
  • Contact

IN MEMORIAM

             

Cécilio Garcia

Fondateur du Syndicat FO Accor 

1947-2018

 

 

Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
contactez nous à
  l'adresse ci dessous 

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris
06 08 16 67 58
bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.