Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 12:33
 equipe-fo-10-09-13.jpg
Une partie de L'équipe FO Accor à la manifestation du 10 Septembre 2013
 
Les salariés, actifs, chômeurs, jeunes et retraités, ont défilé partout en France contre la réforme des retraites et sa principale mesure qui suscite une forte contestation, l’allongement de la durée de cotisation. .  
Augmenter les salaires, pas la durée de cotisation: tel était le principal mot d’ordre lancé par Force Ouvrière pour la mobilisation du 10 septembre 2013 contre une réforme des retraites qui pénalise les salariés, actifs et retraités, au premier rang desquels les jeunes puisque avec l’allongement de la durée de cotisation prévu à partir de 2020, les salariés aujourd’hui âgés de 30 ans et moins devront travailler jusqu’à 67 ans pour espérer bénéficier d’une retraite à taux plein… Inacceptable pour FO. Pas moins de 180 rassemblements et défilés ont eu lieu en France, à l’appel des organisations syndicales FO, CGT, FSU et Solidaires, rejointes par des organisations de jeunes, dont le syndicat étudiant UNEF et les syndicats lycéens UNL et FIDL.

«Pas un trimestre de plus, pas un euro de moins»

À Paris, les organisations syndicales FO de la région parisienne ont défilé derrière une banderole sur laquelle on pouvait lire «Ne touchez pas à nos retraites, non à l’allongement de la durée de cotisation: pas un trimestre de plus, pas un euro de moins». Peu avant le départ du cortège parisien, le Secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly, a appelé à «faire sauter le verrou de l’allongement de la durée de cotisation à 43 ans en 2035», estimant qu’avec cette mesure, «le gouvernement répond aux injonctions de la Commission européenne». «Il y a également d’autres points de friction, comme la mise à contribution des retraités, le fait que les retraites complémentaires soient mises sous la coupe d’un comité de surveillance, ou encore des points que nous souhaitons faire évoluer concernant la pénibilité au travail ou l’égalité hommes-femmes», a-t-il ajouté.
divers 9581Des élus du Groupe Accor avec  gilles d'Arondel secrétaire FO Accor
 
Le Secrétaire général de FO a également estimé que le 10 septembre était «une bonne mobilisation», qui «déplaçait plus de monde que la première manifestation contre l’accord national interprofessionnel sur la sécurisation de l’emploi», le 5 mars 2013.
À Marseille, un cortège parti du Vieux-Port a réuni 50.000 personnes. À Toulouse, une manifestation a rassemblé 16.000 personnes dans les rues du centre-ville. À Nantes (Loire-Atlantique), c’est derrière une banderole proclamant «Retraites, 20 ans de régression, ça suffit», portée par les leaders syndicaux, qu’environ 8.000 personnes ont défilé. Les manifestants étaient au nombre de 8.500 à Lyon, 12.000 à Bordeaux, 6.000 à Caen, 10.000 à Grenoble ainsi qu’à Saint-Étienne. Des grèves ont également eu lieu, tant dans le secteur public que dans le secteur privé.
 
divers 9597
Dayan Terglav nouveau secrétaire général FGTA-FO félicitant Mr Souid El Fadel pour la présence massive des nombreux élus du Novotel Bagnolet
 

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.