Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2013 4 25 /04 /avril /2013 13:01

 

  denis 2
 

     

Hennequin évincé mardi soir, un trio intérimaire lui a succédé
Manifestation de salariés devant l'hôtel où a lieu l'AG
Accor-Hennequin débarqué, un trio nommé temporairement (Edité par Dominique Rodriguez)

Le nouveau trio provisoire placé à la tête d' Accor essuie moqueries et critiques jeudi de la part d'actionnaires et de salariés sceptiques sur le bien-fondé de l'éviction du PDG Denis Hennequin, censée permettre d'accélérer l'amélioration de la rentabilité du groupe hôtelier.

L'arrivée à la vice-présidence du conseil de Sébastien Bazin, directeur général de Colony Capital Europe, l'un des deux actionnaires de référence du groupe avec Eurazeo, attise la colère des syndicats et des petits porteurs qui y voient une mainmise accrue des deux fonds.

Philippe Citerne, devenu mardi le président non exécutif du conseil dont il était auparavant le vice-président, a salué le "travail remarquable" réalisé par Denis Hennequin, suscitant des rires au sein des actionnaires réunis depuis 10h dans un Novotel parisien.

Lorsqu'il a mentionné les "perspectives de développement de carrière" au sein d'Accor, un actionnaire a lancé: "Ah oui! On les voit!"

Denis Hennequin, qui n'était en poste que depuis 2010, avait succédé à Gilles Pellisson, lui-même évincé, tout comme son prédécesseur en 2005.

Deux représentantes du comité central d'entreprise ont déploré la démission en janvier de Franck Riboud, le PDG de Danone, du conseil d'administration, insistant sur son indépendance. Les actionnaires sont appelés à voter son remplacement par Iris Knobloch, présidente de Warner Bros France.

Elles ont également accusé les deux fonds de s'être livrés à un véritable "coup d'Etat", déplorant qu'ils se comportent en propriétaires de l'entreprise malgré leur participation combinée de 21,4%.

"Prédateurs!" a crié une actionnaire.

Elles se sont en revanche fait huer par les actionnaires lorsqu'elles ont appelé l'Etat français à entrer au capital d'Accor.

"Qu'est-ce que c'est que cette chienlit?" a alors lâché un actionnaire.

TROIS PDG EN 8 ANS

Plusieurs dizaines de manifestants, essentiellement de la CFDT, premier syndicat du groupe, manifestaient devant l'hôtel où se déroule l'assemblée générale.

"Trois PDG en huit ans, l'impact humain de ces bouleversements est lourd", dénonce la CFDT dans un tract qu'elle a distribué aux actionnaires. "Si la politique actuelle de découpage du groupe devait se poursuivre, elle conduirait à la catastrophe, c'est-à-dire à la disparition du groupe."

Syndicats et analystes craignent une scission des actifs immobiliers d'Accor, une stratégie déjà tentée en vain chez Carrefour par le fonds Colony, spécialiste de l'immobilier.

Yann Caillère, ex-directeur général délégué promu directeur général dans la nouvelle organisation, a souligné l'importance du renforcement des marques, crucial pour attirer les franchisés.

Dans un film présenté aux actionnaires, Accor a mis en avant sa volonté de "se cooliser".

Face à la dégradation de la conjoncture en Europe et à un ralentissement ailleurs, le groupe cherche à accélérer sa stratégie en accentuant son développement dans les pays émergents et le haut de gamme, a expliqué Philippe Citerne.

"Chaque mois qui passe, dans le marché de l'hôtellerie, la situation devient de plus en plus difficile", a-t-il souligné, citant l'évolution du numérique-"les 'e-tout ce que vous voulez'"-, avec la montée en puissance des courtiers sur internet.

Edité par Dominique Rodriguez

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.