Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 08:36

denis Hennequin 05 01 2011

 

Le redressement de l'activité et le recentrage achevé sur l'hôtellerie doit faciliter le passage à un modèle offrant une meilleur rentabilité des capitaux

 

 

Selon son propre terme, Denis Hennequin vient de finir son «stage» à la tête du groupe Accor. Depuis samedi, l’ancien patron de McDonald’s Europe est officiellement PDG du groupe hôtelier. Annoncée en novembre 2010, sa nomination, en remplacement de Gilles Pelisson, ne devrait pas provoquer de révolution chez Accor. «La prise de fonction de Denis Hennequin devrait permettre de poursuivre, voire d’accélérer, la stratégie 'asset light' engagée par Accor depuis 2005», espèrent les analystes de CM-CIC.

Cette politique repose sur deux leviers: la vente des murs des hôtels et le recours à la franchise. Les cessions immobilières doivent contribuer à réduire de 2 milliards d’euros la dette nette d’ Accor entre 2010 et 2013, dont 600 à 650 millions rien que pour 2010. Et à partir de 2012, l’hôtelier prévoit d’ouvrir en «rythme de croisière» 35.000 à 40.000 nouvelles chambres par an, dont au moins 80% sous contrats de franchise ou de gestion.

Or, du fait de ses 26 années passées chez McDonald’s, Denis Hennequin, dispose d’une grande expérience de la franchise, modèle moins gourmand en capitaux. D’où les espoirs des analystes mais aussi des deux actionnaires principaux du groupe, Eurazeo et Colony Capital (27,36% du capital ensemble). Malgré une hausse de 46% de l’action en un an, la valeur d’entreprise d'Accor représente encore moins de 10 fois l’Ebitda estimé pour 2011 quand l’américain Marriott affiche un multiple de près de 14 fois.

S’il connaît bien Accor pour avoir siégé à son conseil d’administration depuis mai 2009, Denis Hennequin prend les commandes du groupe au bon moment alors que «le travail accompli à partir de 2005 de rationalisation des actifs n’avait pas pu réellement se matérialiser jusque-là dans la rentabilité des capitaux employés (5,7% estimée en 2010) du fait de la crise», indiqueCM-CIC. La publication mercredi soir du chiffre d’affaires du quatrième trimestre devrait en effet confirmer le redressement de l’activité.

Selon Deutsche Bank, le groupe pourrait en profiter pour relever une nouvelle fois sa prévision de résultat d’exploitation 2010, au-delà des 400 à 420 millions d’euros attendus. Le consensus s’élève déjà à 418 millions. Enfin, avec la scission d’Edenred puis la vente de la part dans Barrière, Accor pourra désormais être appréhendée comme une valeur hôtelière à part entière.

 

Source : AGEPHI

Par Olivier PINAUD 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.