Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 15:32

  bazin    Sébastien Bazin PDG du groupe Accor

 

* Réunion d'Accor avec les investisseurs le 27 Novembre

 

* Le nouveau PDG Sébastien Bazin devrait dévoiler sa stratégie

 

* Une accélération de la transition vers les franchises attendue

* Une revue du portefeuille de marques également parmi les options

PARIS, 20 novembre (Reuters) - Sébastien Bazin subira mercredi prochain son examen de passage auprès des investisseurs qui attendent du nouveau PDG d'Accor qu'il améliore les marges du groupe et présente une stratégie offensive sur internet afin de limiter l'influence de sites de réservation comme Expedia.

Présent sur une large gamme d'enseignes allant de l'hôtellerie économique (Ibis) au haut de gamme (Sofitel), Accor pourrait proposer lors de la présentation de son plan stratégique de réduire encore le nombre d'hôtels détenus en propre et de se séparer de marques jugées moins importantes, estiment des analystes et des investisseurs.

"Le focus est sur le 'online travel' (la réservation en ligne), c'est là où les attentes sont fortes. Mais Bazin sera aussi jugé sur ses décisions concernant le parc d'Accor", observe Arnaud Scarpaci, gérant chez Montaigne Capital.

Accor n'a pas souhaité faire de commentaire.

Le marché a déjà largement anticipé une accélération des réformes par Sébastien Bazin, un ancien responsable du fonds d'investissement américain Colony Capital, premier actionnaire d'Accor avec 21,4% du capital.

Le titre, qui se traitait autour de 27 euros avant le départ en avril de son prédécesseur Denis Hennequin, a repris depuis 29%, surperformant nettement l'indice sectoriel européen (+11% sur la même période).

Accor se traite désormais 24,1 fois ses résultats attendus dans les 12 mois contre un multiple de 19,1 pour le leader mondial du secteur Intercontinental, selon les données Thomson Reuters.

Reste que, pour conserver la confiance des investisseurs, Sébastien Bazin devra leur donner des gages et présenter un programme d'amélioration de la rentabilité plus musclé que le plan triennal de son prédécesseur, qui n'a eu qu'un an pour le mettre en oeuvre avant d'être remercié.

"Je suis assez optimiste parce que je trouve que Sébastien Bazin, au lieu de commencer à faire des déclarations à la presse, a souhaité aller sur le terrain avant de finaliser son plan et sa stratégie", observe Paul Dubrule, cofondateur d'Accor. "Nous avions besoin de quelqu'un à poigne et je crois qu'il a la poigne et la confiance des actionnaires."

ACCÉLÉRER LE CHANGEMENT

Du chemin reste toutefois encore à parcourir pour que le groupe puisse se comparer avantageusement aux meilleurs standards du secteur.

Accor, dont la marge opérationnelle était de 9,3% l'an dernier, détenait encore en propre 42% de son portefeuille d'hôtels à fin juin. A titre de comparaison, InterContinental, qui détient moins de 1% de son parc hôtelier, a dégagé l'an dernier une marge de 33%.

Denis Hennequin s'était fixé comme objectif d'atteindre une marge supérieure à 15% en 2016 sur la base d'un plan de réduction des coûts de 100 millions entre 2013 et 2014.

"Sébastien Bazin devrait confirmer et probablement amplifier cette stratégie", estime André Juillard, analyste chez Natixis. Selon lui, le plan de réduction des coûts pourrait être doublé et l'objectif de marge porté à 16,8%.

Des économies pourraient être décidées sur la masse salariale, le ratio coûts salariaux sur chiffre d'affaires d'Accor ayant atteint 37,2% en 2012 contre 33,6% pour InterContinental et 23,5% pour Whitbread, un autre concurrent.

"Les coûts des sièges sociaux représentent environ le double de ceux d'InterContinental", estime un autre analyste, qui a requis l'anonymat, estimant que les ramener autour de ceux d'Intercontinental permettrait d'économiser environ 150 millions d'euros.

Sébastien Bazin devra également réduire le volume des réservations réalisées via des sites internet spécialisés qui facturent à Accor d'importantes commissions. L'analyste André Juillard estime que 12% des réservations d'Accor passent par ce type d'agences contre 8% pour InterContinental.

Accor souhaite doubler d'ici 2016 le volume de réservations réalisées via ses propres sites internet, pour qu'ils représentent 50% du total. Il a prévu d'investir 120 millions d'euros sur trois ans à cet effet, un montant qui devra être revu à la hausse, jugent des analystes.

Accor qui a cédé sa chaîne américaine déficitaire Motel 6 en mai 2012, pourrait par ailleurs engager une revue de son portefeuille d'enseignes.

"Il y a sans doute des questions sur les marques qui ne sont pas ou plus aussi stratégiques, que ce soit Formule 1 ou la marque Ibis en Chine", estime Guillaume Rascoussier, analyste à Oddo Securities, soulignant qu'une annonce sur ce thème constituerait une bonne surprise.

(Avec Blaise Robinson, édité par Dominique Rodriguez)

  Source l'express 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor et ses franchisés
  • Contact

IN MEMORIAM

             

Cécilio Garcia

Fondateur du Syndicat FO Accor 

1947-2018

 

 

Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
contactez nous à
  l'adresse ci dessous 

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris
06 08 16 67 58
bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.