Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 09:55

Image1-copie-1.jpgEntre mars 2009 et mars 2010, le chômage des 50 ans et plus a bondi de 21,2%, après une hausse de 16,7% les douze mois précédents. À l'heure où le gouvernement prépare le relèvement de l'âge légal de la retraite, il a donné étonnamment peu de publicité à cette statistique pourtant encourageante. Le taux d'emploi des 55-64 ans a atteint 38,9% en 2009, contre 38,2% l'année précédente et 37% en 2003, selon la Direction des études des ministères de l'Économie et du Travail ¬(Dares). La tendance est d'autant plus notable qu'elle se fait malgré une évolution démographique défavorable: le taux d'emploi s'effondre à 60 ans, or les «jeunes sexagénaires» sont de plus en plus nombreux depuis 2005 puisqu'il s'agit des personnes nées après guerre en plein baby-boom. En neutralisant cet «effet de structure», le taux d'emploi des seniors a même progressé de presque 5 points depuis 2003. Pourtant, le chômage des 50 ans et plus s'envole. Entre mars 2009 et mars 2010, il a bondi de 21,2%, après une hausse de 16,7% les douze mois précédents, rappelle le tableau de bord de la Dares. En fait, le nombre de seniors à la recherche d'un emploi et le nombre de seniors ayant un travail progressent tous les deux. Dans le premier cas, pour des raisons conjoncturelles qui devraient s'améliorer. La crise -à laquelle s'ajoute la fin progressive de la dispense de recherche d'emploi, accordée jusqu'en 2008 à tout chômeur de plus de 57 ans et demi- est en effet passée par là. Âge de départ effectif à la retraite de 61 ans et demi Et, dans le deuxième cas, pour des raisons plus profondes. Les femmes sont de plus en plus nombreuses à travailler. Les réformes de 1993 et de 2003 ont fait passer de 37 ans et demi à 40 ans la durée de cotisation pour une retraite pleine dans le privé puis dans le public. Les effets du dispositif «carrières longues» - accordé en 2003 à ceux qui ont commencé à travailler très jeunes- s'estompent, car les générations nées à partir de 1953 ont été concernées par l'obligation de scolarisation jusqu'à 16 ans. Selon la Caisse nationale d'assurance-vieillesse, 30.218 ressortissants du régime général ont ainsi pris leur retraite avant 60 ans en 2009, contre 100.000 à 126.000 par an au cours des années précédentes. Au final, l'âge effectif de la retraite est passé de 61 ans à 61 ans et demi pour les pensionnés de droit direct (c'est-à-dire hors veufs). Une deuxième année de suite de hausse qui rompt une tendance à la baisse quasi interrompue depuis le début des années 1970 où la moyenne frôlait 64 ans. La France reste néanmoins en retard sur ses voisins: le taux d'emploi des seniors des 27 pays de l'Union européenne est de 46%. La majorité y voit un argument de plus pour repousser l'âge légal de la retraite, plaidant que c'est la possibilité de partir en retraite à 60 ans qui explique la faiblesse du taux d'emploi des 60-64 ans. Les opposants à la réforme, eux, estiment qu'il faut d'abord améliorer l'emploi des seniors avant de vouloir les faire travailler plus longtemps.

 

•  Par Olivier Auguste 25/08/2010 | Mise à jour : 21:49 Réactions (17) Le Forum emploi seniors a été organisé pour la deuxième année consécutive par le Medef Ile-de-France à La Villette, en février. (Bertrand Langlois/AFP) Crédits photo : AFP

 

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.