Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 18:03

GILLES CARLOS ODYSSEEGilles d'ARONDEL et Carlos CONDESSA, négociateurs FO Accor au siége du Groupe à Paris

Ce Lundi 7 Février 2011, à l’issue de plusieurs journées de négociation intenses pour l’instauration d’un plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO), les deux négociateurs mandatés par la FGTA-FO, Mr Gilles d’ARONDEL et  Mr Carlos CONDESSA ont réussi avec les autres partenaires sociaux à obtenir la promesse d’un accord favorable pour l’ensemble des salariés.

En effet le projet initial de la direction en cette dernière journée de négociation portait sur 2 tranches de versement possible avec un abondement de l’entreprise, Les critères retenus étaient les suivants :

Ancienneté du salarié dans le groupe :        Taux d’abondement  Plafond de l’abondement

                 6 mois minimum

 

          Tranche 1  de 1 à 500 euros                                15 %                                       75 €

         Tranche  2 de 501 à 1 500 euros                           30 %                                     300 €

 

Pour FO Accor cette proposition ne favorisait pas suffisamment  « les bas salaires », en effet un salarié qui aurait ainsi placé volontairement la somme de 1500€ sur une année, aurait bénéficié de la part de l’entreprise d’une somme supplémentaire (abondement) de 375 €.

VOILA POURQUOI EN L’ETAT POUR FO ACCOR

LE COMPTE N’Y ETAIT PAS !

Après plusieurs propositions effectuées par la direction du Groupe, les négociateurs FO Accor sont extrêmement satisfaits qu’une Tranche unique avec un taux et un plafond d’abondement revalorisé soit retenue selon leurs demandes, profitant notamment aux salaires les plus modestes  sans léser pour autant les salariés de l’encadrement.

Ancienneté du salarié dans le groupe :        Taux d’abondement  Plafond de l’abondement

                 6 mois minimum

 

          Tranche unique de 1 à 1000 euros                      50 %                                      500 €

 

Dors et déjà l’ensemble des dispositifs d’épargne pour l’année 2011 (Plan Epargne Entreprise + PERCO + ex chéquiers TESORUS) permet pour un salarié qui participerait  à l’ensemble de ces opérations d’obtenir :

  PEE :                                   je place   300 €   l’entreprise rajoute 300 € soit    600 € 

 Ex chéquiers Tesorus : je place   300 €   l’entreprise rajoute 180 € soit   480 € 

    PERCO :                             je place 1000 €   l’entreprise rajoute  500 € soit  1500 €

Au final en plaçant avec l’ensemble de ces dispositifs d’épargne 1600 € par an l’entreprise me rajoute (abondement) 980 € soit une épargne globale de 2580 €

FO Accor ne manquera pas de revenir  vers vous plus en détail dés que ce projet d’accord PERCO sera signé.

Vos délégués sont à votre disposition pour tous renseignements complémentaires,

n’hésitez pas à les contacter

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.