Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 16:49

ELUS-FO-09-06-10.jpg

de Gauche à droite:

Carlos CONDESSA, (Secrétaire du CE Novotel Grand Ouest); Karim BELHADRI, (Secrétaire du CE Pullman Roissy CDG)

Xavier PESTEIL (Secrétaire CE Mercure Paris Ile France);Cristina RUSSEL (Secrétaire CE Novotel Paris Ile France)

Claude ALAMBWA (Secrétaire CE Novotel Roissy Conventions Wellness);Josselyne CORENTIN (Trésorière CE Novotel PIF)

Gilles d'ARONDEL (Secrétaire du CE Pullman Bercy); Edouard AHOUNOU (Trésorier CE Mercure Grand Ouest)


Le Jeudi 10 Juin 2010, s'est tenue au 253,bis rue de vaugirard à Paris dans le 15ème   arrondissement, la réunion préparatoire mensuelle des élus FO du périmêtre de la société NMP (Novotel, Mercure, Pullman).

Trois CE régionaux sur six ont à leur tête un secrétaire FO et tous les mois ils se réunissent en invitant à tour de rôle des secrétaires d'hôtels de plus de 50 salariés de l'hôtellerie du groupe Accor.

Au programme l'élaboration de l'ordre du jour de la réunion pléniére du mois en cours avec des échanges de bonnes pratiques permettant une efficacité maximum dans la préparation des ordres du jour pour une meilleure représentation des salariés.

 

IMG_6426.JPG

Carlos CONDESSA, (Secrétaire du CE Novotel Grand Ouest),

Edouard AHOUNOU (Trésorier (Trésorier CE Mercure Grand Ouest)

 

Le CE est une institution incontournable dans la vie de l'entreprise et en véritable "couroie de transmission" avec les salariés, les élu(e)s sont les garants des bonnes conditions de travail dans la société et donne leur avis sur les mesures envisagées par la direction en matière d'aménagement du temps de travail, d'hygiène et de sécurité, de politique salariale, de méthodes de recrutement,de contrôle du personnel, d'égalité de traitement hommes et femmes.

Le CE n'est pas seulement une institution consultative ou "une chambre d'enregistrement" il se doit de tenir compte de vos avis et d'être force de propositions en étant en permanence vigilant .

Voilà pourquoi vous pouvez à tout moment demander à vos élus de poser des questions qui vous paraissent importantes.

 

   Dans le cadre de vos interrogations n'hésitez pas à contacter le secrétaire de votre comité d'établissement

via notre adresse Mail.

 

syndicat.fo-accor@live.fr



 


Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor et ses franchisés
  • Contact

IN MEMORIAM

             

Cécilio Garcia

Fondateur du Syndicat FO Accor 

1947-2018

 

 

Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
contactez nous à
  l'adresse ci dessous 

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris
06 08 16 67 58
bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.