Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 15:38

3546v00

 Hôtellerie-restauration : 65 millions de postes à pourvoir à travers le monde d’ici à 2021 !

"L’avantage d’intégrer un grand groupe dans l’hôtellerie, tel Mariott, c’est qu’il offre beaucoup de possibilités d’évolutions"

"Nous faisons un métier de service, il n’y a donc pas de place pour les grosses têtes chez nous, au Park Hyatt Paris"

"Chez Accor, nous ne pouvons pas nous permettre de recruter des jeunes qui ne sont jamais sortis de l'Hexagone"

Les grandes chaînes hôtelières recherchent des jeunes diplômés pour des postes qualifiés dans le monde entier. Et les emplois dans les prochaines années se compteraient par millions ! À condition d’aller au moins jusqu’au bac+2 et d’être mobile, en particulier hors d’Europe. Les conseils de recruteurs des groupes Accor, Mariott et Park Hyatt pour saisir votre chance.

"Chez Accor, nous ne pouvons pas nous permettre de recruter des jeunes qui ne sont jamais sortis de l'Hexagone"

Stéphanie Lausecker est responsable des relations et des partenariats avec les écoles, Accor Paris.

 Quels diplômes de jeunes diplômés recherchez-vous ? 

"Nous recrutons surtout par le biais de l'apprentissage – traditionnellement jusqu’au BTS inclus, mais nous essayons de le développer aussi au niveau Bachelor (bac+3) et master (bac+5)Une fois sur deux, ces contrats d’apprentissage se transforment en CDI (contrat à durée indéterminée).

Concernant les nouveaux métiers, tel le "revenue manager", le profil parfait a une expérience à la fois de la réservation et de la réception. Dans les prochaines années, nous aurons besoin d’avoir ce type de poste à l’échelle des hôtels, des régions, des pays… Il n’existe pas, actuellement, beaucoup de formations à ce nouveau métier – c’est pourquoi nous travaillons avec le groupe SEG pour développer un diplôme sur mesure." 

 Quels diplômes privilégiez-vous ? 

"Nous recherchons des jeunes qui ont une expérience de l’opérationnel, du terrain et qui ont déjà séjourné à l’étranger. Nous ne pouvons pas nous permettre de prendre des candidats qui ne sont jamais sortis de l'Hexagone. La mobilité est une notion très importante pour nous : mais pour être envoyé en poste à l’étranger, il faut déjà avoir eu une 1re expérience dans l’un de nos établissements français. Dans nos recrutements, nous mixons les profils titulaires d'un Bachelor ou d'un master spécialisés dans l’hôtellerie-restauration et les diplômés d’écoles de management." 

 Quels postes leur proposez-vous ?

"En dépit de la période de crise qu’une partie du monde traverse, notre secteur continue de recruter. Ainsi, d’ici à 2016, nous allons engager 600 directeurs généraux d’établissements… Nous allons aussi embaucher à un nouveau métier, le "revenue manager". Le travail de ce dernier consiste à déterminer le bon prix des chambres à un moment donné – c’est l’équivalent de la même fonction dans les compagnies aériennes. Précédemment, cette tâche était plus ou moins assurée par le chef de réception. Aujourd’hui, elle constitue un métier à part entière. 

Nous recrutons particulièrement pour l’Asie, à tous les postes, car nous y ouvrons un hôtel par semaine. Dans cette partie du monde, nous sommes le 1er groupe hôtelier étranger. Les jeunes recrutés signent des contrats locaux – c’est ainsi dans tous les groupes hôteliers internationaux. Pour travailler en Asie, les Français doivent avoir au moins 2 ans d’expérience, sous forme de stage ou de management training : c’est le minimum exigé pour obtenir un visa de travail. 

Parmi les nouveaux métiers, outre le revenue manager, nous cherchons à recruter dans lesdomaines de l’e-commerce et de la distribution – mais attention, ces fonctions-là s’exercent plutôt au siège." 
 

Propos recueillis par Sandrine Chesnel
Novembre 2012

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor et ses franchisés
  • Contact

IN MEMORIAM

             

Cécilio Garcia

Fondateur du Syndicat FO Accor 

1947-2018

 

 

Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
contactez nous à
  l'adresse ci dessous 

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris
06 08 16 67 58
bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.