Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 21:26

novotel-conflens-lyon.jpg

      NOVOTEL LYON CONFLUENCE

A deux pas des sièges du Conseil régional Rhône-Alpes et de Rhône-Alpes Tourisme, le Novotel Lyon Confluence, qui a ouvert le 21 mars, est le dernier né des hôtels lyonnais. Ce 4 étoiles de 150 chambres – deux catégories de chambres et trois suites – est la propriété d’Unibail-Rodamco, qui exploite par ailleurs le pôle de loisirs dans lequel l’hôtel se situe.

Il s’agit d’un Novotel nouvelle génération, le quatrième de la marque à bénéficier de concepts innovants. Que ce soit pour les chambres ou les salles de réunion Eureka taillées pour favoriser la créativité, développer l’énergie et favoriser la création… Ces salles, au nombre de trois font 50 m2 pour deux d’entre elles et 70 m2 pour la dernière. Equipées d’un mobilier 100% modulable et très confortable, elles bénéficient de la technologie intuitive Plug and Play, de la restauration à la carte et d’une offre « all inclusive ».

« La salle de bains est par exemple séparée de la chambre par une cloison en verre transparente ou opaque, explique Thierry Roussel, directeur de l’hôtel. Notre lobby de 300 m2 est prolongé par une terrasse qui donne sur la Saône. Il abrite l’accueil, le Novotel café, restaurant de 80 couverts, et un lounge bar de 45 places qui propose 24 heures sur 24 de la « finger food » sous forme de cônes à grignoter autour d’un verre. Nous disposons également d’un parking privé de 50 places et d’un fitness ».    

Le tarif pour la location des salles à la journée va de 500 à 700 € HT alors que le prix par personne pour un séminaire incluant le déjeuner, les boissons, la parking, l’open bar et le café d’accueil se situe entre 50 et 55 € HT. Côté chambres, les tarifs démarrent à 85 € TTC et vont jusqu’à 170 €. Ce Novotel se positionne clairement sur le marché du tourisme d’affaires en semaine et visera la clientèle loisir le week-end. L’un des atouts mis en avant par Thierry Roussel est la présence d’une navette fluviale opérationnelle le 4 avril : elle donnera accès au centre de Lyon et au Vieux Lyon en quelques minutes.

www.businessclass.rhonealpes-tourisme.com

CE NOUVEAU NOVOTEL LYON CONFLUENCE FRANCHISE FONCTIONNE AVEC 20 SALARIES. LE NETTOYAGE DES 150 CHAMBRES EST SOUS-TRAITE A UNE ENTREPRISE SPECIALISE.

www.fohotellerie69.net

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.