Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 00:29

gp

Copyright Reuters

 

Accor revend 34% du capital du groupe de casinos à Fimalac pour seulement 186 millions d'euros. Après une réduction du capital de Barrière, Fimalac détiendra 40% du capital, face à la famille Desseigne qui reste majoritaire avec 60% des actions.

Accor - Evolution du cours de Bourse

 Accor a participé à sa façon à l'ouverture des soldes en France. Les discussions entre le groupe hôtelier et Fimalac Développement ont abouti. Accor va donc, comme il le souhaitait, se désengagner de cette participation non stratégique qui était une sources de déconvenues pour lui. Accor revend sa participation de 49% pour un montant de 268 millions d'euros, valorisant la totalité du premier exploitant français de casinos à plus de 540 millions d'euros. C'est moins que la valorisation de 575 millions retenue en septembre dernier lors de la tentative ratée d'introduction en Bourse de Lucien Barrière. Mais Accor précise qu'il va également percevoir un complément grâce au versement d'un dividende relatif de 7,35 millions d'euros au titre de l'exercice 2010.

Fimalac va acquérir auprès d'Accor un participation de 34% dans le groupe Lucien Barrière, pour un montant de 186 millions d'euros. Tandis que le groupe Barrière va se porter acquereur du solde de la participation d'Accor, soit 15% pour 82 millions d'euros. Ces actions seront ensuite annulées dans le cadre d'une réduction de capital. FimalacDéveloppement détiendra alors 40% du capital. Le nouveau partenaire explique que "cette acquisition renforce ses activités immobilières". Les actionnaires familiaux tiennent toutefois à préserver le patrimoine immobiliers et il ne faut pas s'attendre à la mise en vente des fleurons du groupe, tel que les palaces Royal et Normandy à Deauville.

Fimalac est déjà présent dans ce secteur avec notamment la détention d’un important immeuble de bureaux dans le quartier des affaires de Canary Wharf à Londres. Et au travers de sa participation dans Gilbert Coullier Productions et de sa filiale Vega, FimalacDéveloppement exerce aussi des activités de production de spectacles et d’exploitation de salles. "Cette acquisition permettra ainsi de devenir un des acteurs les plus importants dans ces domaines, le groupe Lucien Barrrière étant lui aussi très présent dans la distribution de spectacles", précise Fimalac dans son communiqué. 

La famille Desseigne sort renforcée de cette transaction. Elle porte sa participation de 51% à 60% du capital de Lucien Barrière, renforçant son contrôle majoritaire sur l'entreprise. 

L'opération interviendra dans le courant du premier trimestre 2011, dés l'accord de l'Autorité de la concurrence.

Source : Héléna DUPUY  La Tribune.fr 

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.