Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 01:12

 
DH(Boursier.com) -- L'Assemblée Générale des actionnaires d'Accor, présidée par Denis Hennequin, Président-directeur général s'est réunie à Paris. Les actionnaires présents ou représentés (le quorum), détenaient 75,67% des actions. Ils ont adopté l'ensemble des résolutions proposées.

Au cours de l'Assemblée, Denis Hennequin a rappelé les "bons résultats de Accor pour l'année 2011". Il détaillé aux actionnaires la stratégie du Groupe. Denis Hennequin a mis en avant l'évolution de l'outil de pilotage de la transformation du modèle du groupe le 'P&L Performance' qui détaille les résultats selon les différents modes d'exploitation. Il a également présenté le nouveau programme de développement durable, 'Planet 21', qui recense 21 objectifs à horizon 2015 avec l'engagement de faire un point d'étape annuel sur ces objectifs.

Denis Hennequin a donné aux actionnaires les derniers éléments concernant le projet de redynamisation des marques économiques, avec la nouvelle architecture de marques autour de la méga-marque ibis et ses 3 marques : ibis, ibis Styles (anciennement All seasons) et ibis budget (anciennement Etap Hotel).

Le patron d'Accor a confirmé les objectifs de développement du groupe, avec l'ouverture de 40.000 chambres en 2012 et en 2013, principalement en franchise et en management.

Sophie Stabile, Directrice Financière, a effectué un point sur l'activité en 2012, indiquant qu'en avril, le RevPAR s'était inscrit en hausse pour l'ensemble des segments, respectivement de +6,3% pour l'hôtellerie Haut et Milieu de gamme, +5,5% pour l'hôtellerie Economique hors US, et +1,9% pour l'hôtellerie Economique US, principalement sous l'effet d'augmentation de prix, en ligne avec les tendances déjà observées au 1er trimestre.

Le paiement d'un dividende ordinaire de 0,65 Euro/ action assorti d'un dividende exceptionnel de 0,50 Euro/ action a été approuvé par l'Assemblée Générale. Il sera détaché le 11 juin 2012 et mis en paiement le 14 juin 2012.

L'Assemblée Générale a par ailleurs renouvelé pour une durée de 3 ans les mandats d'administrateurs de Mercedes Erra, de Jean-Paul Bailly, de Philippe Citerne et de Bertrand Meheut. Ces derniers sont administrateurs indépendants.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.