Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 17:52

 

accorParis (awp/afp) - L'enseigne Ibis, qui à vocation à regrouper tous les hôtels de la catégorie "économique" de l'hôtelier Accor (Ibis, ex-All Seasons et ex-Etap Hotels), a été déployée dans 70% des 1.600 établissements concernés, un an après sa présentation.

Tous les Ibis Hotels (rouge), Ibis Styles (vert) et Ibis Budget (bleu) arboreront leur nouveau logo, en forme d'oreiller, d'ici la fin de l'année, a assuré Grégoire Champetier, directeur général marketing, en présentant lundi un bilan d'étape du déploiement de la marque.

Il fallait "aller vite pour avoir rapidement un effet de perception globale de la marque", a-t-il ajouté.

Le budget total est de 150 millions d'euros pour le changement des enseignes et les rénovations des établissements en filiale, sans compter les investissements des franchisés.

Il s'agit de "réaffirmer notre position de leader mondial de l'hôtellerie économique", a expliqué le PDG D'Accor, Denis Hennequin. Le segment économique représente 50% de l'activité et du résultat d'Accor.

"L'hôtellerie économique, ce n'est pas seulement la fonctionnalité et le prix; désormais, c'est aussi l'émotion, le design, le confort, le plaisir, le bien-être", a également expliqué M. Champetier, citant des marques comme Ikea, Swatch, Zara ou Uniqlo qui ont su allier design et prix bas.

Le groupe hôtelier a simultanément mis au point un nouveau lit, repensé les espaces généraux (zones d'accueil, de détente, le bar) et rénové quelques établissements pilotes.

En quelques mois, le groupe va changer 66'000 lits et d'ici la fin 2013, les espaces généraux de 300 hôtels seront rénovés.

Si le budget moyen de telles rénovations s'élève "habituellement à 1200 euros le m2, dans le cas d'Ibis, il est descendu à 700 euros". Cela "nécessite un gros effort de rationalisation des achats, des processus de fabrication, de massification", a expliqué M. Charpentier.

La marque se déclinera également en Ibis Kitchen, qui regroupera toute la restauration, à savoir 103 établissements.

Enfin Ibis aura le 26 septembre son propre site internet de réservation ibis.com, en plus de accorhotels.com.

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.