Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 19:10

 vignettetourisme actu61151 photoLe groupe hôtelier Accor poursuit sa transformation stratégique et identitaire. D'ici à la fin de l'année, chacun des 3.500 hôtels Accor remplacera le portrait de ses co-fondateurs, Paul Dubrule et Gérard Pélisson, accroché dans les lobbys depuis 1996. Un nouveau portrait a été choisi parmi une série de 6, représentatifs d'univers culturels et géographiques du monde. Ils sont le symbole fort de l'alliance entre l'esprit pionnier de Accor et du parti pris artistique résolument contemporain du travail engagé sur les marques du Groupe, de l'économique, avec la famille ibis, au luxe, avec Sofitel indique le groupe. Nous avons confié à l'artiste contemporain François Cadière la mission d'apporter un regard nouveau sur le portrait des co-fondateurs dans une démarche artistique forte. Le résultat est audacieux et original poursuit Denis Hennequin, Président-directeur général de Accor. Cette série de nouveaux portraits est à la fois fidèle à nos racines et résolument tournée vers l'avenir. Ces portraits contribuent à fédérer les équipes de tous nos hôtels autour de valeurs partagées symbolisées par 'L'Esprit Accor' et sont pour nos clients un gage de qualité et d'appartenance à la famille Accor.

La série de 6 portraits fait écho aux 6 grandes régions du monde où le Groupe est implanté : Europe du Nord, Europe du Sud, Asie, Afrique/Moyen-Orient, Amérique latine et Pacifique. Chaque portrait est une invitation au voyage, avec des symboles culturels forts de chacune de ces régions et des représentations de l'hospitalité. Le texte 'L'Esprit Accor', signé par les co-fondateurs du Groupe, accompagne chaque portrait. Rédigé il y a 15 ans, ce texte incarne les valeurs partagées, universelles et intemporelles du Groupe. La bernache, icône du groupe hôtelier, est présente sur chacune des créations.

Chaque hôtel pourra choisir librement parmi les 6 versions géographiques de la série. Chaque version est disponible en 8 langues : Anglais, Allemand, Chinois mandarin, Espagnol, Français, Italien, Néerlandais, Portugais/Brésilien.

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.