Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 11:25

Accor lance un plan de transformation digitale passant par un investissement de 225 millions d'euros, à l'heure où les groupes hôteliers doivent faire face aux défis des centrales de réservations comme Booking.com ou Expedia ou à celui des sites de location entre particuliers comme Airbnb. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Accor a dévoilé jeudi un plan d'investissement de 225 millions d'euros visant à accélérer sa présence dans le digital face aux défis posés par les grandes centrales internet de réservations ou les sites de locations entre particuliers.

Grâce à un plan stratégique s'étalant jusqu'en 2018, le numéro un européen de l'hôtellerie entend "intégrer et repenser la place du digital" mais aussi "consolider ses part de marché en matière de distribution".

Comme ses concurrents InterContinental, Marriott ou Starwood, Accor doit faire face aux puissantes centrales de réservation en ligne, comme Booking.com ou Expedia, qui constituent une menace de long terme pour la rentabilité des groupes hôteliers en bridant leurs capacités à fixer les prix.

Elles menacent aussi la maîtrise de leurs canaux de distribution.

La part de ces centrales dans leur chiffre d'affaires a doublé depuis 2008. Elles comptent pour 14% des revenus d'Accor, contre 11% pour InterContinental ou 7% pour Marriott, selon les estimations d'Exane BNP Paribas, avec des commissions qui se situent entre 18% et 20% du prix d'une chambre.

Leur part de marché ne cessant de croître, un des enjeux pour les groupes hôteliers consiste à augmenter la commercialisation qu'ils réalisent en direct ou via leurs propres sites internet.

"Les centrales ont pris une large part du gâteau mais elles nous apportent aussi des clients. Il faut jouer leur jeu plus efficacement", a déclaré Sébastien Bazin, PDG d'Accor, lors d'une présentation aux analystes à Londres.

Accor, qui réalise aujourd'hui 35% de son chiffre d'affaires via internet - une proportion qui se répartit à parts égales entre les propres sites du groupe et les distributeurs tiers - entend porter cette part, à terme, à 50%.

 

DOPER LES PROGRAMMES DE FIDÉLITÉ

Le plan s’appuie sur deux piliers, les infrastructures informatiques et la gestion des données. Il se décline en huit programmes, dont les premières réalisations seront effectives dès 2015.

Il vise notamment à doper ses systèmes d'information et améliorer ses outils existants, notamment son système de réservation TARS ainsi que son programme de fidélité le Club Accorhotels.

Ces programmes de fidélisation sont des instruments clé de la bataille visant à inciter les clients à passer directement par les sites du groupe.

Accorhotels compte 17 millions de membres, quand ceux d'InterContinental et Marriott, qui ont lancé leurs programmes beaucoup plus tôt, en dénombrent plus de 50 millions chacun.

Cette initiative a été favorablement accueillie par le marché, le titre gagnant 1,6% à 32,25 euros à la Bourse de Paris à 15h50, surperformant le CAC 40, en baisse de 0,4%, et l'indice européen des loisirs, en progression de 0,23%.

Interrogé sur la réponse d'Accor au développement accéléré des sites de locations entre particuliers, comme AirBnB, Sébastien Bazin n'a pas souhaité faire de commentaire, se disant simplement très attentif à cette "sonnette d'alarme pour l'industrie".

Accor a également annoncé l'acquisition d'une start-up française, Wipolo, spécialisée dans la gestion de voyage sur internet, pour un montant non divulgué.

Le plan digital d'Accor intervient un an après la grande réorganisation opérée par Sébastien Bazin, regroupant l'exploitation des hôtels (Sofitel, Novotel, Mercure ou Ibis) au sein d'une entité baptisée HotelServices, d'une part, et la gestion des actifs immobiliers sous la bannière HotelInvest, d'autre part.

 

 

(Avec Dominique Vidalon, édité par Dominique Rodriguez)

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.