Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 10:15

 

Quelques mois après avoir quitté la barre des Opérations du groupe Accor, Yann Caillère, nouveau président de Parques Reunidos, n'a pas tardé à se trouver de nouveaux défis : faire du 2ème opérateur européen de parcs d'attractions, un nouveau géant mondial. Escale à Marineland, Antibes, l'un des 70 parcs du groupe.

Yann Caillère, président de Parques Reunidos

Yann Caillère, président de Parques Reunidos

Malgré l'étendue de ses activités et de ses propriétés, le groupe espagnol Parques Reunidos est quasiment inconnu des milieux professionnels, sauf dans le tout petit cercle des opérateurs de parcs de loisirs et d'attractions. 

Nommé Président par le conseil d'administration à la demande du principal actionnaire, le fonds américain Advent International, Yann Caillère a retrouvé avec une évidente satisfaction l'univers des parcs de loisirs qu'il avait quitté en 2006 pour rejoindre l'état-major de Accor après dix ans chez EuroDisney. 

Dans le portefeuille de ce groupe basé à Madrid, la liste est impressionnante : 69 parcs - et bientôt 70 - dans 12 pays différents, avec une forte concentration entre les Etats-Unis et l'Espagne. En France, Parques Reunidos a fait l'acquisition du Marineland d'Antibes en 2006 et de l'Aqualud du Touquet. Dans les autres pays, son activité se partage entre les parcs à thème, autour de personnages comme Les Simpsons ; les parcs animaliers comme le Zoo de Madrid ; les parcs aquatiques comme le Splish-Splash de New York ; et les parcs marins, comme celui d'Antibes. Au total des milliers de tobogans et roller-coasters, 40 000 animaux, 920 vétérinaires, 26,5 millions de visiteurs annuels et 570 millions d'euros de chiffre d'affaires avec l'une des meilleures marges brutes de la profession.

Mais pour Yann Caillère, il ne s'agit pas d'en rester là et c'est bien pour cela que l'on a fait appel à sa double expertise des parcs et de l'hôtellerie mondiale pour insuffler une nouvelle dynamique d'investissement, une rationalisation des implantations et un nouveau développement par acquisitions et contrats de management. 

Dans le plan "3 semaines - 3 mois - 3 ans" qui vient d'être approuvé par le board, Yann Caillère insiste sur deux piliers complémentaires :

- optimisation de l'expertise managériale en réussissant l'harmonisation entre dix conditions impératives (marques, produits, personnages, nouveautés, communication, numérisation, expertise, personnel, sécurité et qualité). Il va notamment introduire des notions encore balbutiantes de Revenue management, de synergie des achats, de stratégie digitale... Une enveloppe de 200 millions d'euros est disponible sur les 3 ans à venir pour investir lourdement dans l'amélioration des sites existants.

- expansion mondiale : présent aux Etats-Unis et marginalement en Argentine, en Europe, mais pas du tout au Moyen-Orient ou en Asie, le groupe doit explorer de nouveaux territoires. Le nouveau président a déjà pris l'avion pour Dubaï - où il a signé deux contrats de management pour des parcs aquatiques en cours de construction - et bientôt pour la Chine et l'Asie, vaste territoire qui mérite son attention. Ce qui n'empêche pas le groupe de se renforcer là où le marché est solide, avec l'acquisition récente du Seaquarium de Miami sur Key Biscayne.

Incidemment, Yann Caillère a profité d'un nouvel investissement majeur au parc aquatique Marineland d'Antibes pour présenter son groupe et sa stratégie. Il s'est senti un moment redevenir hôtelier en posant, avec le maire d'Antibes, le député Jean Leonetti, la première pierre d'un petit complexe de 90 chambres et cinq suites, réparties dans 4 bâtiments thématisés (dauphins, orques, ours blancs et tortues) qui pourront dès la saison 2015 accueillir des visiteurs à l'intérieur du parc, autour d'un lagon reconstitué.  

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.