Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 07:54

dg-maroc.jpg

Le groupe Accor a revu son organisation locale à compter du 1er janvier 2011. C’est Christian Rousseau qui occupe désormais la fonction de directeur général de Accor Gestion Maroc (AGM). Il assurera la gestion opérationnelle et fonctionnelle des unités exploitées au Maroc par le groupe, sous les enseignes Etap, Ibis, Novotel, Suite Novotel, Mercure, M Gallery et Pullman ainsi que le support fonctionnel Accor à Sofitel. 
Rousseau est un pur produit Accor. Après 5 années passées à la direction financière du groupe à Paris, il rejoint en 1996 la filiale Motel6 à Dallas, aux Etats-Unis, en tant que directeur du business planning. 
En 1999, il occupe le poste de responsable de l’international à la direction financière du pôle d’hôtellerie économique sur un périmètre de 15 pays en Europe avant d’être nommé en 2001 directeur en charge des finances, achats et de l’informatique pour Accor UK & Ireland basé à Londres. Cinq années plus tard, il prend en charge la direction des opérations puis la direction générale de l’hôtellerie économique Accor UK & Ireland Hôtels. 
Hamid Bentahar, précédemment directeur délégué des opérations Sofitel pour le sud du Maroc, occupe pour sa part la nouvelle fonction de vice-président des opérations Sofitel pour le Maroc depuis mai dernier. Cette nomination s’inscrit dans le cadre de la stratégie du groupe Accor visant à repositionner le réseau Sofitel sur le segment du luxe. Hamid Bentahar a rejoint le groupe Accor en 1989. Après une expérience au sein du Palmariva Marrakech, il est appelé à occuper des postes de responsabilité à l’international, notamment en Grèce puis en Turquie. 
En 2002, il est nommé DG du Sofitel Palm Beach de Djerba tout en assurant la direction déléguée de trois autres sites en Tunisie, avant de revenir au Maroc où il gérera le Sofitel Agadir Royal Bay Resort jusqu’en 2008. Il est alors promu directeur délégué des opérations Sofitel pour le sud du Maroc, fonction qu’il occupera jusqu’à sa nouvelle nomination. 
Pour des soucis de séparation de la gouvernance des activités de propriétaire de la société Risma et celles d’opérateur de la société AGM dans laquelle Risma est actionnaire à hauteur de 25%, il a été convenu par les organes dirigeants des deux sociétés de désormais gérer les sociétés Risma et AGM séparément (cf. www.leconomiste.com). 
Ainsi, après 4 ans à la tête d’AGM, Marc Thépot rejoint la société Risma en tant que vice-président du directoire en charge de la direction générale avec la mission d’assurer la mise en œuvre et le suivi de la stratégie de développement de Risma.
La supervision de toutes les fonctions et organisations liées au bon fonctionnement de la société fait aussi partie de sa mission dont il rapportera les résultats au directoire de Risma, présidé par Azeddine Guessous.

J. K.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor et ses franchisés
  • Contact

IN MEMORIAM

             

Cécilio Garcia

Fondateur du Syndicat FO Accor 

1947-2018

 

 

Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
contactez nous à
  l'adresse ci dessous 

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris
06 08 16 67 58
bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.