Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 13:15

Accor - BF

A l’heure des réseaux sociaux, l’image numérique d’un hôtel est aussi importante que la propreté de sa façade. C’est l’idée que défend Vivek Badrinath, directeur général adjoint du groupe Accor.

Il est intervenu lors de l’événement sur la transformation numérique des entreprises, organisé le 1er juillet, par Les Echos et IDC. Accor est leader mondial de l’hôtellerie avec les marques Sofitel, Novotel, Pullman, Ibis, F1, etc. et emploie 160 000 personnes.

La voix du client analysée chaque matin

« L’e-réputation fait partie du morning briefing de chaque hôtel, avec les chefs de service qui passent en revue leurs sujets. On remonte la voix du client toutes les 24 heures. Ce n’est pas le cas dans beaucoup d’autres secteurs avec ce niveau de granularité, qui est l’entité agissante, c’est-à-dire l’hôtel. L’équipe hôtelière, tous les matins, a besoin de regarder tous les avis clients » décrit-il. Toute l’équipe de direction entend un feed-back tous les jours, agit dessus et peut définir des plans d’action.

100% des avis négatifs doivent alors faire l’objet d’une réponse. Pour les avis positifs, la réponse sera modulée selon le type d’hôtel, car une réponse fade ne sera pas intéressante et n’apportera rien à l’e-réputation de l’hôtel.

Chaque hôtel a une personnalité

Et il y a tout ce qui est la représentation de l’hôtel sur les réseaux sociaux. « Je suis convaincu que l’on ne fera pas mieux que de l’hyper local. La personnalité de l’hôtel ne sera jamais mieux exprimée que par ceux qui y travaillent » insiste Vivek Badrinath.

Cette e-réputation pèse lourd sur le chiffre d’affaires.  « 1 point sur TripAdvisor [NDLR : site Web d’avis des clients sur la qualité de l’hébergement], c’est 10% de prix de chambre en plus pour un hôtel, c’est du vrai argent ces 10%, ce n’est pas juste une note pour faire beau, cela fait partie de la perception et de l’image de l’hôtel » pointe le DGA.

Construire sur une longue période

L’e-réputation est souvent associée à la gestion de crise, lorsqu’un client est très mécontent et le fait savoir. Ce domaine commence à être bien outillé, estime Vivek Badrinath. C’est très lié à un peu d’organisation. On dit qu’une réputation se construit sur la durée et se détruit en une minute.

« Le plus dur est la construction sur la longue période » pense le DGA. Dès lors, « là on est dans du changement culturel. Le message que nous passons à tous nos hôteliers aujourd’hui, c’est que l’image sur internet de leur hôtel, elle est aussi importante que la propreté de la devanture quand on passe devant en voiture » conclut-il.

Photo, Vivek Badrinath, directeur général adjoint du groupe Accor, le 1er juillet, lors de l’événement des Echos et IDC. 

Vivek Badrinath, un X-télécoms, ancien dirigeant d’Orange

Vivek Badrinath a rejoint le groupe Accor en tant que directeur général adjoint en mars 2014. Il est en charge du marketing, du digital, de la distribution et des systèmes d’information. Il est également membre du Comité exécutif du Groupe.

Les domaines dont il a la charge sont qualifiés d’essentiels pour le succès d’Accor. Vivek Badrinath, âgé de 45 ans, est ancien élève de l’École Polytechnique et diplômé de l’École Nationale Supérieure des Télécommunications.

Il a effectué une grande partie de sa carrière chez Orange. Il a intégré le Comité Exécutif d’Orange en 2009 en tant que directeur de la division réseaux et opérateurs. Il a été ensuite directeur exécutif en charge d’Orange Business Services d’avril 2010 à avril 2012 puis il avait été nommé directeur général adjoint en charge de l’Innovation, du Marketing et des Technologies en mai 2013.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.