Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 08:56

Présent dans l'empire du Milieu depuis 1985, à la tête de 121 hôtels répartis dans 47 villes, soit 28 000 chambres sous 7 enseignes différentes allant du segment économique au luxe, Accor lance une nouvelle marque pour la Chine, Grand Mercure et inaugure le Mei Jue à Shanghai.

Image1-copie-1.jpg

Michael Issenberg, président de la zone Asie Pacifique pour Accor, Sam Shih, directeur opérationnel pour la Chine, et Grégoire Champetier, responsable de la stratégie des marques d'Accor, lors de l'inauguration du Grand Mercure de Shanghai, le Mei Jue

Accor estime que la Chine est certainement le pays de la zone Asie Pacifique offrant le plus gros potentiel. Depuis son implantation dans le pays, voilà vingt-sept ans, le parc hôtelier chinois a bien changé, poussé notamment par le développement d'un marché domestique qui enregistre depuis 2001 une progression annuelle de 16 % d'augmentation. "Actuellement, 90% de nos visiteurs sont chinois, relève Michael Issenberg, directeur de la zone Asie Pacifique pour Accor, à l'exception de Shanghai et Pékin."

La nouvelle stratégie d'Accor en Chine entend s'appuyer sur cette dynamique à travers deux axes : l'hôtellerie 'haut de gamme', d'abord, avec les marques Sofitel (20 hôtels), Pullman (13 hôtels), MGallery, et Grand Mercure (10 hôtels signés et une dizaine en projet) ; l'hôtellerie économique ensuite, avec ibis qui comprend à ce jour 56 hôtels mais dont Accor souhaite accélérer le développement en le restructurant.

"Non standardisée"
Le lancement du Grand Mercure de Shanghai est stratégique pour Accor, car cette nouvelle marque s'inscrit dans cette évolution de la demande intérieure chinoise. "Il nous fallait créer une marque mieux identifiée pour ce marché. Grand Mercure est celle qui s'adapte le mieux localement, précisait Grégoire Champetier, responsable de la stratégie des marques d'Accor, car elle est diversifiée et non standardisée." Si elle s'appuie sur quelques fondamentaux, Grand Mercure va se fondre dans le marché locale grâce à quelques marqueurs identiques dans chaque établissements : à l'accueil, d'abord, où le personnel sera revêtu du costume traditionnel, le Qipao pour Shanghai, dans le domaine du bien-être (avec des cours de tai-chi quotidiens, par exemple) également, mais aussi côté restauration, avec la possibilité de commander le 'congee', la bouillie de riz dont raffolent les clients chinois, 24 h sur 24, ou encore de participer à la cérémonie du thé. Enfin, les créations d'artistes locaux seront mises à l'honneur dans le lobby des Grand Mercure (comme c'est le cas au Mei Jue de Shanghai).

Le lancement de cette nouvelle marque représente pour Accor l'occasion de réinvestir le marché et de le clamer haut et fort. C'est aussi une façon de mieux se faire connaître auprès de futurs propriétaires et investisseurs puisqu'en Chine, "le développement se fait principalement en asset light", précise Michael Issenberg.

"Réajuster notre modèle"
Si le développement côté haut de gamme semble bien maîtrisé, reste toutefois pour Accor à redéfinir sa stratégie sur le segment économique. L'opportunité de déployer ou non la méga-brand ibis n'a pas été tranchée : "En quelques années, le marché super économique s'est considérablement développé avec des marques comme Motel 608, Yotel, Hotel H tandis que des groupes chinois comme Jinjiang Group lancent sur le marché des chambres à 20 ou 30 €. Il est important pour nous de réajuster notre modèle économique ibis", ajoute Michael Issenberg. Rien n'a encore été décidé, malgré une enveloppe d'investissement de 1,5 M$ déjà débloquée, dans le cadre du projet global du groupe pour la marque. Seule certitude : son redéploiement sera réalisé en franchise à 90 %.


D'autant que le groupe est convaincu que le développement des hôtels économiques n'est possible qu'en concentrant et développant les réseaux existants. "Ce n'est pas avec 56 hôtels dispersés que nous pouvons créer de la synergie de réseau", précise Grégoire Champetier. Pour mettre en oeuvre ce programme ambitieux, Accor a nommé un nouveau directeur opérationnel pour la Chine en la personne de Sam Shih, ancien directeur général de Red Bull pour la zone Asie Pacifique et ancien vice-président pour la Chine de Pepsico.

Tableau du parc hôtelier Accor en Chine par marques

Sofitel

Pullman

MGallery

Grand Mercure

Novotel

Mercure

ibis

Autres

total

20

13

1

10

14

5

56

2

121

 

source: l'hôtellerie

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor et ses franchisés
  • Contact

IN MEMORIAM

             

Cécilio Garcia

Fondateur du Syndicat FO Accor 

1947-2018

 

 

Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
contactez nous à
  l'adresse ci dessous 

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris
06 08 16 67 58
bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.