Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 10:37

graphique.jpgLe montant moyen de l'abondement dans des PEE a atteint en 2010 1.294 euros, en hausse de 6,46 % par rapport à 2009. Un record. Natixis Interépargne vient de publier la 7ème édition du baromètre de l'abondement et des versements dans les plans d'épargne salariale. Créé en 2008, ce baromètre compare les résultats des années 2006 à 2010. Une bonne façon de mesurer le comportement des entreprises et des salariés en matière d'épargne d'entreprise face à la crise économique et financière qu'a connue la période. Ce baromètre souligne qu'en 2010, on observe "un dynamisme retrouvé, avec des montants moyens d'abondement en hausse sensible. En 2010, les salariés sont restés nombreux à effectuer un versement abondable dans leurs dispositifs d'épargne salariale et ont bénéficié de montants moyens d'abondement à la hausse. Les entreprises ne se sont jamais montrées aussi généreuses depuis la création de ce baromètre annuel : le montant moyen de l’abondement dans des PEE a ainsi atteint en 2010 1.294 euros, en hausse de 6,46 % par rapport à 2009. D’autant plus remarquable que, dans le même temps, le montant moyen versé par les salariés a légèrement baissé, de 0,38 %. Reste à savoir si toutes les entreprises et tous les salariés sont à la même enseigne. Or, ce n'est pas le cas. Cet abondement moyen a davantage progressé dans les grandes entreprises (plus de 500 épargnants), pour atteindre en moyenne 504 euros, légèrement en deça du montant constaté en 2008. Prime au Perco Dans les entreprises de plus de 500 épargnants, le Perco continue sa très forte croissance, les salariés étant toujours plus nombreux à utiliser cette formule d'épargne (pour leur retraite ou pour acquérir leur résidence principale). L'abondement moyen a progressé de 5,37% pour l'ensemble des entreprises, le montant dont ont bénéficié les salariés étant près de deux fois plus élevé que dans le PEE. La progression est de 3,01% dans les grandes entreprises de plus de 500 épargnants. La baisse du versement moyen effectué par les salariés (-10,7%) démontre qu'ils optimisent leurs versements en fonction du pourcentage d'abondement (64%, soit +9%). Le baromètre souligne que "la passerelle entre le Compte Epargne Temps et le Perco connaît un démarrage très prometteur qui se confirme sur les premiers mois de 2011. Le montant moyen transféré par les salariés du CET vers le Perco s'élève à 1 451 euros, avec un abondement moyen des entreprises à hauteur de 305 euros, soit 21%. Ces chiffres traduisent l'intérêt des salariés pour cette source d'alimentation du Perco."

 Source : La Tribune.fr 

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.