Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 16:25

 Booking.com, le site de réservation d'hôtels en ligne s'est défendu des accusations d'"abus de position dominante" portées par le groupe Accor.

Au lendemain d'une plainte pour "abus de position dominante" déposée par Accor, le site de réservation hôtelière se défend d'aller à l'encontre des intérêts des hôteliers.

« On apporte une vraie valeur aux hôteliers ; quand on fait venir un client russe en France sur un hôtel par exemple, cela représente beaucoup de travail de notre part, nous apportons un service aux hôteliers qui, par ailleurs, ne sont pas obligés de travailler avec nous », a expliqué Peter Verhoeven, directeur général Europe Moyen-Orient Afrique, lors d'un point presse du groupe Booking.com, le premier en France depuis la création du site de réservation hôtelière en 1996.

« Booking n'est jamais en dessous du prix proposé par l'hôtel»

Un point presse comme une réponse claire à la plainte déposée, la veille, auprès de l'autorité de la concurrence par Accor. Le géant hôtelier français dénonçait un « abus de position dominante » dans les réservations d'hôtels en ligne, se joignant ainsi aux saisines déjà effectuées par les syndicats patronaux du secteur contre la centrale de réservation en ligne.

« Accor s'est exprimé, nous attendons maintenant le retour de l'autorité. Chaque grande marque essaie de générer du trafic directement sur son site, c'est leur droit et c'est leur stratégie », a poursuivi Peter Verhoeven, soulignant que « Booking n'est jamais en dessous du prix proposé par l'hôtel, jamais ». 

Des engagements non respectés?

Pour rappel, fin décembre, Booking.com avait proposé de nouveaux engagements visant à lâcher du lest sur ses conditions tarifaires faites aux hôteliers. Ces nouvelles règles faisaient l'objet d'un test de marché jusqu'au 31 janvier, permettant ensuite à tous les acteurs de donner leur avis.

Concrètement, le leader des réservations hôtelières sur internet renonce à obliger les hôteliers, avec lesquels il est en contrat, à proposer les mêmes tarifs à l'ensemble des plateformes de réservation en ligne. En revanche, le volet qui empêche les hôteliers de proposer sur leur propre site des tarifs inférieurs à celui proposé par les agences de réservation en ligne reste, lui, actif.

Les hôteliers souhaitent  « un accord rapide »

De son côté, dans un communiqué, l'Umih, principale organisation patronale de l'hôtellerie-restauration et des cafés et le groupement national des chaînes hôtelières (GNC), a rappelé que « les engagements proposés par Booking.com, pris individuellement ou dans leur ensemble, doivent être rejetés par l'autorité ».

« Sous l'apparence de supposées concessions, les engagements de Booking.com n'ont en réalité pour objet et ne pourront avoir pour effet que de maintenir des pratiques contraires au droit de la concurrence », regrettent-ils, espérant parvenir à « un accord rapide », afin d'éviter une « procédure européenne avec un calendrier beaucoup plus long ».

L'autorité de la concurrence devrait rendre son avis aux alentours de la fin mars.

Booking.com compte 600.000 solutions d'hébergements dans le monde (+40% en 2014), dont 38.850 en France, contre 17.000 il y a deux ans. En nombre de nuitées par jour en moyenne pour 2014, Booking.com en compte 800.000, expedia 500.000 et Airbnb 101.000, selon Peters Verhoeven.

Source: Ouest France

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.