Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 23:31

santéARCHIVES. Les indemnités, qui sont actuellement de 50% du salaire brut pour les indemnités maladie et de 60% pour les accidents du travail, passeront désormais à 60% du salaire net.

 

Le gouvernement a décidé de modifier, par décret applicable dès le 1er janvier 2012, le mode de calcul des indemnités journalières versées par l'assurance maladie, en les basant sur le salaire net et non plus sur le salaire brut. Ces indemnités, qui sont actuellement de 50% du salaire brut pour les indemnités maladie et de 60% pour les accidents du travail, passeront désormais à 60% du salaire net. Ce changement, selon le député centriste Jean-Luc Préel (NC), donnerait par exemple pour un salarié au smic (1.365 euros brut, 1.071 net) une indemnisation mensuelle de 640 euros au lieu de 680 euros. Sept millions de personnes seraient annuellement concernées par la mesure, qui viserait à économiser 200 millions d'euros.
Plusieurs députés de la majorité et l'opposition ont tenté mercredi de s'opposer à cette réforme. Mais les députés, réunis depuis mardi en commission pour examiner le projet du budget 2012 de la Sécurité sociale, ont rejeté les amendements déposés par le Nouveau centre et le PS. Le rapporteur général du budget de la Sécurité sociale, l'UMP
Yves Bur, avait lui-même demandé au gouvernement, dans une interview aux Echos, de renoncer à son projet.
«Une fois de plus, ce gouvernement maltraite les personnes les plus exposées aux conditions de travail dégradées, a fait valoir Marisol Touraine (PS). Réduire le taux de remplacement des indemnités journalières de cette population, c'est porter une atteinte directe et substantielle à leur pouvoir d'achat dans un contexte de crise économique et de chômage jamais atteint».
Le projet de budget de la Sécurité sociale sera discuté la semaine prochaine dans l'hémicycle.

 

Source Le parisien Aurélie Audureau

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.