Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 21:17

Image1-copie-1.jpgLe directeur français de l`hôtel Novotel d`Abidjan, enlevé le 4 avril par des hommes armés qui auraient travaillé pour l`ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, est mort, a confirmé jeudi la magistrate française chargée de l`enquête à sa famille.
Il n`a cependant pas été encore explicitement question auprès de la famille d`une identification du corps de Stéphane Frantz di Rippel, selon un avocat qui a rapporté à Reuters ces propos de la juge d`instruction française.
"La juge a appelé la famille pour lui annoncer le décès mais n`a pas confirmé explicitement que son corps avait été identifié", a dit à Reuters le cabinet de Me Pierre-Olivier Sur.
Le groupe Accor a réagi en faisant part de son chagrin concernant le décès de son directeur. "Tous les collaborateurs du groupe Accor sont profondément attristés et s`associent à la douleur et à la peine des familles", peut-on lire dans ce communiqué.
Deux corps ont été retrouvés cette semaine à Abidjan. Des expertises médico-légales se poursuivent pour déterminer si l`un d`entre eux est ou non celui d`Yves Lambert, président de l`entreprise agroalimentaire Sifca également enlevé le 4 avril dans la capitale économique de Côte d`Ivoire.
Deux autres personnes, un Béninois et un Malaisien, ont aussi été emmenées par les ravisseurs au Novotel et sont aussi portés disparus.
Le groupe Accor dit être "toujours dans l`attente des résultats de l`enquête" concernant ces trois personnes.
Ces quatre hommes avaient disparu une semaine avant la chute de Laurent Gbagbo, qui s`était maintenu à la présidence ivoirienne malgré la victoire, reconnue par la communauté internationale et les Etats africains, de son rival Alassane Ouattara à l`élection du 28 novembre.
La crise a pris fin avec la capture de Laurent Gbagbo le 11 avril par les forces pro-Ouattara, soutenues par l`armée française agissant à la demande de l`Onu.
L`enlèvement s`était produit en plein après-midi lors d`une attaque menée par une douzaine d`hommes portant les uniformes des Forces de défense et de sécurité ivoiriennes.
Des policiers français et la juge Patricia Simon, que le président Alassane Ouattara a autorisés à venir enquêter à Abidjan, ont collecté cette semaine des preuves que les ravisseurs étaient des hommes placés sous les ordres du camp Gbagbo, selon plusieurs médias français

Source AFP

Communiqué FO Accor

"Nous rendons hommage ce soir  à Monsieur Frantz di Rippel qui semble t-il comme évoqué au journal de 20hrs de ce jeudi 2 juin sur TF1 par un correspondant de guerre aurait au péril de sa vie protégé d'autres vies en refusant de communiquer avec ses agresseurs le jour de son enlévement  sur la présence de journalistes au sein de l'établissement qu'il dirigeait. Nos pensées vont également à l'ensemble de ses proches."

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.