Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 17:31

lumiere-rayons-rupture ~gwil13901Selon une information diffusée dès 7 heures ce matin par Europe 1, l'Élysée aurait entériné une hausse de la TVA sur la restauration de 4 à 5 points, qui passerait ainsi de 7 % à 11 % ou 12 % dès le début 2013.

Alors que le député socialiste Thomas Thévenoud et l'UMP Jérôme Chartier avaient accepté, hier après -midi, un débat sur la TVA lors du congrès du Synhorcat , et que Sylvia Pinel, ministre du Commerce et du Tourisme, avait indiqué dans son discours de clôture du congrès que rien n'était décidé, l'annonce  a provoqué une très vive réaction deDidier Chenet sur les ondes d'Europe 1.

Cette décision, lancée depuis la présidence de la République, en contradiction flagrante avec les promesses de campagne de François Hollande, suscite bien évidemment une légitime colère, la profession étant encore une fois livrée à la vindicte médiatique quand un conseiller de la présidence, sans le moindre commencement de preuve, affirme que la profession n'aurait pas joué le jeu du contrat d'avenir signé en 2009 à la suite de la baisse de la TVA à 5,5 %.

Non seulement les pouvoirs publics ont choisi de pénaliser une profession qui créé des emplois, plus de 14 000 depuis le début de 2012 selon les chiffres évoqués hier, mais également de porter attteinte au pouvoir d'achat des salariés déjà lourdement touchés par la suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires.

Il y a fort à craindre que cette hausse, qui intervient après celle de deux points imposée au début de l'année lors du relèvement du taux dérogatoire, ne provoque plus de problèmes qu'elle ne contribue à l'équilibre des finances publiques que le Gouvernement se révèle incapable de maîtriser. Le 'gain' escompté pour le budget de l'État est évalué à un milliard d'euros par an, au nom - suprême ironie - de la relance de la compétitivité de l'économie française, en contradiction flagrante avec les analyses les plus pertinentes sur la nécessité d'une relance de l'activité.

Interrogé dès 8 heures ce matin par Europe 1, Didier Chenet n'a pas mâché ses mots en dénonçant avec vigueur les effets négatifs d'une telle hausse : perte de rentabilité, arrêt des investissements, affaiblissement du pouvoir d'achat des salariés qui bénéficiaient depuis trois ans d'une 'prime tva' et, surtout, risque de suppression de 50 000 emplois, un point de TVA correspondant à 10 000 postes.

Nous reviendrons sur cette actualité au fur à mesure que les réactions des professionnels et de leurs représentants se formuleront.

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.