Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 22:03

HENNEQUIN.jpg

 

Le nouveau PDG d'Accor, s'appuyant sur des résultats solides en 2010, veut donner un coup d'accélérateur au développement du groupe hôtelier français en renforçant l'identité de ses marques --du luxe à l'économique-- pour mieux poursuivre son expansion géographique.

 

Denis Hennequin, qui a succédé à Gilles Pelisson mi-janvier, a estimé qu'Accor, cinquième groupe mondial du secteur avec des enseignes comme Sofitel, Pullmann, Novotel, Mercure, Ibis ou encore Etap et Formule 1, disposait de "marges de manoeuvre importantes pour (...) passer à la vitesse supérieure".

Mais avec des directives bien précises, détaillées dans la feuille de route commentée devant les analystes financiers et les journalistes mercredi. Car l'erreur, selon lui, "serait de multiplier toutes les marques partout".

Accor fin 2010 comptait 4.229 hôtels et 507.306 chambres.

M. Hennequin a refusé de dévoiler s'il comptait ou non céder des marques, insistant à plusieurs reprises sur la nécessité de renforcer les enseignes existantes.

Le PDG a cité en exemple Sofitel, selon lui symbole de "l'excellence à la française" alors qu'avec Pullman, il s'agit pour le groupe de définir "un hôtel d'affaires d'un nouveau type". De même, Ibis doit offrir un mode de restauration plus contemporain alors qu'Etap sera rénové et sa tarification revue.

C'est "un enjeu majeur pour nous différencier de nos concurrents", a-t-il fait valoir, et "un impératif financier pour s'assurer un juste et stable niveau de redevance", a expliqué le patron du groupe hôtelier.

Le groupe poursuit une double stratégie de cession d'actifs et d'ouverture de chambres, privilégiant la franchise moins gourmande en capitaux, pour le segment économique, et le contrat de gestion pour le haut de gamme.

Accor, qui s'est recentré sur l'hôtellerie, a déjà réalisé en 2010 "un tiers du programme pluriannuel 2010-2013 de cessions avec un impact de 630 millions d'euros sur la dette nette retraitée du groupe", a souligné sa directrice financière Sophie Stabile.

Le groupe a du coup annoncé une accélération de son programme sur 2011-2012 avec un objectif de cessions de 1,2 milliard d'euros, supérieures à la vente de 450 hôtels annoncée initialement.

Accor veut "renforcer sa position de leader incontesté en Europe", où il y a un "potentiel très important pour développer le segment économique et très économique, bien entendu via la franchise", a assuré encore M. Hennequin, ancien patron de McDonald's Europe.

Ce dernier veut aussi donner au groupe "les moyens d'une croissance plus ambitieuse sur les pays émergents", notamment la Chine, l'Inde et le Brésil où il veut prendre les "marchés en tenaille par le haut de gamme et par l'économique".

Pour 2011, Accor estime que le redressement observé en 2010 devrait se confirmer malgré "quelques marchés incertains" (Espagne et Italie), "tiré principalement par l'amélioration de la demande" dans ses marchés matures mais, "dans une moindre mesure, par la reprise progressive des prix".

En 2010, le groupe d'hôtellerie a annoncé mercredi avoir dégagé un bénéfice net de 3,6 milliards d'euros, contre une perte de 282 millions en 2009, grâce principalement à une plus-value comptable de 4,04 milliards d'euros liée à la scission de l'activité services prépayés (devenu Edenred).

Son résultat d'exploitation a quasi doublé à 446 millions d'euros, dopé par une forte reprise de l'activité, du luxe à l'économique, dans les marchés matures comme dans les pays émergents. Les Etats-Unis avec la chaîne Motel 6 restent encore bien en-deçà, mais Accor note une amélioration du taux d'occupation.

 

A la Bourse de Paris, le titre a fini en retrait de 3,68% à 33,91 euros dans un marché en baisse de -0,92%, les investisseurs prenant leurs bénéfices après la publication de bons résultats largement anticipés par les investisseurs.

Source: Dominique AGEORGES (AFP) PARIS

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.