Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 11:17

tete.jpg

Le groupe, qui a amorcé sa transformation avec son modèle capitalistique, a d'importants chantiers à mener.

Le nouveau PDG d'Accor a devant lui d'importants chantiers à mener et/ou défis à relever à l'heure où le groupe hôtelier a basculé vers un modèle d'opérateur-franchiseur, largement inspiré par certains concurrents américains ou le géant britannique InterContinental Hotels Group. Fin expert de l'hôtellerie et jusqu'alors impulseur de changements en tant qu'administrateur, Sébastien Bazin va désormais devoir passer aux travaux pratiques.

Organisation

L'organisation d'Accor sera, à ne pas en douter, au coeur de la feuille de route de son nouveau PDG, pour ne pas dire sa priorité numéro un. En la matière, Sébastien Bazin a maintes fois fait savoir ou laissé entendre que le champion français n'allait pas assez vite dans un changement quasi culturel pour un groupe dont l'ADN était structurée par la combinaison d'un développement, pour beaucoup en propre, et l'exploitation. Or le basculement vers un modèle d'opérateurfranchiseur signifie non seulement être léger en actifs immobiliers mais aussi devenir un groupe de services.

Sur le plan pratique, est d'ores et déjà posée la question de l'existence des deux sièges d'Accor, l'un pour l'ensemble du groupe dans le XIII e arrondissement parisien, l'autre à Evry dans l'Essonne où sont basées, de longue date, les équipes d'Accor France. L'hypothèse, ultrasensible, d'un siège unique à Orly, dans le Val-de-Marne, a été examinée du temps de Denis Hennequin.

Tout aussi sensible, Accor doit-il aller au-delà du plan de départs volontaires engagé au printemps à l'adresse des salariés du siège du groupe ainsi que ceux du siège de l'entité Accor France. Au total, il porte sur 172 postes en CDI, soit un peu moins de 10 % des effectifs concernés.

Autre question désormais en suspens : Sébastien Bazin reviendra-t-il sur l'organisation par marque qu'Accor a mis en oeuvre cette année en Europe ?

Immobilier

L'externalisation du parc hôtelier du groupe est au coeur de sa stratégie depuis 2005 et l'entrée, à l'époque, de Colony Capital dans la maison Accor... Depuis, le processus n'a pas cessé. L'ancien PDG, Denis Hennequin, ne cachait pas ainsi sa volonté de « restructurer » 800 hôtels sur la période 2013-2016 - dont 600 convertis en franchise -, pour l'essentiel en Europe.

Simultanément, Accor devait amplifier son développement par recours aux contrats de management et à la franchise, chacun de ses modes d'exploitation comptant pour 40 % du parc en 2016.

Expert de l'immobilier hôtelier, Sébastien Bazin voudra-t-il faire mieux ? Pas simple.

Commerce électronique

Le renforcement de la présence d'Accor sur Internet est un sujet majeur à l'heure où les grandes centrales de réservation « on line », à l'instar de Booking ou Expedia, pèsent de plus en plus lourdement sur les opérateurs, grands et petits. Le sujet a même été évoqué parmi les différents conduisant au divorce avec Denis Hennequin. Ce dernier avait prévu un plan d'investissements de 120 millions d'euros sur quatre ans, un minimum à ses yeux.

Pour sa part, Sébastien Bazin a également souligné l'importance du commerce électronique pour Accor. Reste savoir s'il est prêt à mettre plus dans la balance. Ce qui pourrait signifier un arbitrage avec les investissements consacrés au développement.

C. P.

Les échos

 

Partager cet article

Repost 0
Published by FO ACCOR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Syndicat FO Accor
  • Syndicat FO Accor
  • : le blog du syndicat FO au sein du Groupe Accor
  • Contact

NOUS SOMMES TOUS CHARLIE

je-suis-c.png             


Recherche

Découvrez le nouveau site FGTA FO

PiedMail_FGTA-FO4
           
cliquez sur le lien ci-dessus

FORMULAIRE ADHESION

FOAccor

  Si vous souhaitez adhérer à notre Syndicat,
    renvoyez votre formulaire d'adhésion à
  l'adresse ci dessous avec votre réglement à
 l'ordre du

  fleche 058-copie-5Syndicat FO ACCOR
253, Bis rue de Vaugirard
75015 Paris

bateau 015

VISITEURS


compteur visiteurs

Hommage à Léon Jouhaux

leon-jouhaux.jpg

Léon Jouhaux Fondateur de FO en 1948

  1879-1954


  « Pour remplir sa mission, le syndicalisme doit conserver son entière personnalité.
Il
ne peut ni ne doit s’inféoder à aucun parti politique. »

 

Né en 1879, Léon Jouhaux est un jeune ouvrier anarchiste, travaillant à la manufacture d'allumettes d'Aubervilliers. À trente ans, le 12 juillet 1909, il est élu secrétaire général de la CGT. Il participe aux efforts des syndicats pour prévenir les deux guerres mondiales. Au début de la seconde, il s'installe à Marseille où il prend contact avec les syndicalistes de la zone occupée. Arrêté par la police de Vichy, il est livré aux Nazis en novembre 1942. Son statut politique lui permet d'échapper aux camps d'extermination ou aux stalags des prisonniers de guerre. Il est libéré par les Américains après deux ans et demi de captivité. Dans l'euphorie de la victoire et de la paix, l'heure est à l'unité et Léon Jouhaux représente pour de très nombreux travailleurs le père, le fédérateur, le rassembleur. Il reprend donc la tête de la CGT. Mais devant l'influence grandissante du PCF au sein de la Confédération syndicale, il démissionne en 1948 pour fonder la CGT-FO. La suite de sa carrière dépasse alors le cadre national. Il devient vice-président de la Fédération Syndicale Mondiale et délégué à l'ONU. Son engagement est couronné en 1951 par le Prix Nobel de la paix.